lundi 29 mai 2017    || Inscription
BanniereNews
 
 

Suite au raz-de-marée qui a conduit François Fillon a dominer le premier tour de la primaire de la droite et du centre hier, avec 44,1% des voix, c'est le moment de s’interroger sur son programme en faveur de la cybersécurité. Sans surprise, le candidat libéral prône la défense des PME innovantes, et se prononce en faveur de la cybersécurité. 

 

Dans son programme, accessible sur https://www.fillon2017.fr/, on peut lire plusieurs propositions sur le numérique et la cybersécurité. Son projet numérique prévoit notamment dans sa quatrième proposition d’« introduire une quote-part d’achats publics significative (jusqu’à 50% de la commande publique) auprès de PME et de start-up françaises innovantes. Ce dispositif serait mis en place par le Haut Commissariat à la Transformation Numérique rattaché au Premier ministre. Il s’agira de veiller à ce que l’accès aux marchés publics et le traitement des PME soit équitable ». Nul ne doute que de jeunes patrons de start-up innovantes de la cybersécurité, comme les regroupe Hexatrust qui défend, par la voix de Jean-Noël de Galzain, son Président, ce discours depuis plusieurs années, ne se réjouissent de ce programme.

Une vision souveraine et européenne de la sécurité de l’information 

François Fillon défend par ailleurs le rôle de la cybersécurité dans sa mesure n°8, intitulée « le renforcement des mesures de cybersécurité ».

Cette mesure prévoit notamment « de mener, dans le cadre européen, une coordination renforcée entre les Etats, les organisations régionales et le secteur privé pour prévenir et sanctionner l’utilisation des nouvelles technologies à des fins terroristes et criminelles. La commande publique doit pouvoir encourager une coopération accrue entre l’Etat et les acteurs économiques majeurs comme Dassault-Systèmes et Thales ». C’est donc une priorité donnée à une gouvernance souveraine et européenne de la sécurité des systèmes d’information, renforcée par le fait que François Fillon milite, dans son programme, en faveur d’un « traitement fiscal équitable entre les majors américaines et les entreprises européennes, et pour le soutien aux plateformes « loyales ». 

Nous ferons une place dans un prochain numéro de Mag-Securs aux différentes propositions sur la sécurité de l'information. A suivre...