mardi 23 mai 2017    || Inscription
BanniereNews
 
 

Guillaume Poupard, directeur général de l’Anssi, a affirmé hier sur BFM TV que tout avait été mis en œuvre pour que les réseaux informatiques du ministère de l’Intérieur soient « durcis » pour le premier tour de l’élection présidentielle de dimanche, afin de parer à l’éventualité de toute attaque informatique. 

 

L’enjeu est de taille : rappelons que c’est par le biais des réseaux informatiques du ministère de l’Intérieur que transitent tous les résultats transmis par les bureaux de vote dimanche. "Tous les réseaux informatiques qui vont par exemple collecter les résultats, qui vont les additionner, pour au final donner dimanche soir les premières tendances puis les résultats définitifs, ces réseaux ont été durcis, là où il le fallait", a déclaré notamment le directeur général de l’Anssi, interrogé sur France Inter hier, sans donner - et on le comprend - plus de détails.  

"On a fait un travail de qualité, je pense, avec le ministère de l'Intérieur, de manière à résister aux cyberterroristes", a-t-il ajouté. Sa déclaration prend malheureusement une actualité dramatique au lendemain de l’attaque meurtrière revendiquée par l’"état islamique" sur les Champs Elysées hier soir, causant la mort d’un policier sur le théâtre du drame. 

Il s'agit de "s'assurer que  les (...) réseaux informatiques qui vont être impliqués dans l'élection seront bien opérationnels le jour de l'élection", a précisé Guillaume  Poupard.

Un réseau « robuste »

"Le réseau propre du ministère de l'Intérieur, va être robuste pour être capable de travailler", a notamment affirmé Guillaume Poupard. 

Rappelons que l’Anssi avait alerté dès l’automne dernier tous les partis politiques sur le risque de piratage de leur système d’information, - ce qui n’avait pas empêché le site d’Emmanuel Macron de se faire attaquer en février (cf. Pages Tendances de Mag Securs n° 54), et que cette même agence avait émis le 7 mars dernier  une recommandation se prononçant en défaveur du vote électronique des Français de l’étranger (http://www.magsecurs.com/news/articletype/articleview/articleid/34993.aspx).

La protection du processus démocratique notamment par le biais de la sécurisation informatique de l’élection a toujours été une des préoccupations affichées du patron de l’Anssi.