jeudi 23 octobre 2014    || Inscription
BanniereNews
 
 

La commissaire européenne chargée de la société numérique rappelle les responsabilités de chacun pour assurer et déployer la cyber-sécurité au sein de l'UE.

Neelie Kroes, commissaire européenne en charge de la société numérique et vice présidente de la Commission européenne, est intervenue lors d’une conférence sur la sécurité Information Security à Chicago le 4 novembre.

Pour la commissaire européenne, les individus, gouvernements et entreprises de tous les secteurs se reposent de plus en plus sur les technologies et infrastructures digitales. Néanmoins les menaces de cyber-sécurité et l’augmentation des vulnérabilités dans les réseaux et systèmes peuvent freiner les bénéfices apportés par l’Internet.

Un manque de transparence

La cyber-sécurité est une responsabilité partagée des acteurs publics et privés mais pour Neelie Kroes « le secteur privé manque clairement d’intentions d’investir dans la sécurité et de transparence en ce qui concerne les menaces rencontrées et les incidents subis ».

Selon une étude d’Eurostat, seulement 26% des entreprises dans l’Union Européenne ont des règles définies pour la sécurité dans les technologies de l’information et de la communication. Et bien qu’il soit compréhensible que les entreprises ne communiquent pas d'informations sur les incidents de peur d’entacher leur réputation.  Cela est vraiment dommageable pour implémenter des réactions efficaces contre les cyber-attaques.

Obtenir l'attention des politiques

Neelie Kroes pense que le secteur public est en mesure d'apporter la solution au travers des gouvernements qui peuvent introduire des mesures de prévention et de gestion de crises. Elle compte présenter une proposition de législation qui mettrait en place un haut niveau de sécurité dans les réseaux informatiques à travers l’UE pour assurer un fonctionnement optimal de son marché interne.

Enfin elle souhaite que la cyber-sécurité obtienne une attention particulière des politiques comme aux Etats-Unis et qu’elle devienne une priorité politique majeure.