vendredi 3 juillet 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 
CA annonce la réorganisation de son organisation des ventes. Toutes les nominations prennent effet immédiatement.

- George Fischer, ancien vice-président senior et directeur général des ventes en Amérique du Nord, est
nommé au poste nouvellement créé de vice-président senior et directeur général des ventes Amériques. À
ce titre, il continue de superviser les ventes en Amérique du Nord, auxquelles viennent s´ajouter les
ventes en Amérique Latine. George Fischer est entré chez CA en 1999.

- Vincenzo Dragone demeure viceprésident
senior et directeur général des ventes en Amérique Latine, sous la direction de George Fischer. Vincenzo Dragone travaille chez CA depuis plus de 20 ans.

- Andrew Dutton, précédemment vice-président senior et directeur général des ventes pour la région
EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) est nommé au poste de vice-président senior et directeur
général des ventes internationales. Dans son nouveau rôle, il est désormais responsable des ventes des
régions EMEA, Asie du Pacifique et Japon. Andrew Dutton a rejoint CA en 2005.

- Gavin Selkirk, anciennement directeur régional pour le Pacifique et directeur régional intérimaire pour le
Japon, succède à John Ruthven comme responsable de l´Asie du Pacifique et du Japon, sous la direction
d´Andrew Dutton. Gavin Selkirk est entré chez CA en 2003.

- John Ruthven, préalablement vice-président senior et directeur général des ventes pour la région Asie du
Pacifique et Japon est nommé au poste de vice-président senior des opérations de ventes mondiales. À ce
poste, John Ruthven est chargé de superviser la gestion de l´ensemble des opérations, l´administration du
plan de commission des ventes et d´autres domaines de support d´organisation. John Ruthven a rejoint CA
en 1996.

- Gary Quinn, vice-président exécutif, prend en charge les activités indirectes de CA, qui englobent les
partenariats OEM et le réseau de distribution de l´entreprise. Il continue en outre à diriger les activités
grand public et PME de l´entreprise. Gary Quinn est entré chez CA en 1985.

Tous ces dirigeants reportent directement à Michael Christenson, Chief Operating Officer de CA.

Gregory Corgan, qui exerçait la fonction de vice-président exécutif des ventes mondiales depuis 2004,
quitte l´entreprise;

Outre les informations historiques présentées et conformément au « Private Securities Litigation Reform Act » de
1995, toutes les autres déclarations figurant dans ce communiqué (notamment celles contenant les termes « croit »,
« planifie », « anticipe » « prévoit », « estime » et expressions similaires) doivent également être considérées
comme des « déclarations dynamiques » réglementées par les lois fédérales américaines d´opérations de bourse. Il
ne peut être assuré que ces estimations se vérifient et les résultats annoncés peuvent différer substantiellement des
prévisions et des estimations. Les principaux facteurs pouvant entraîner des écarts importants entre les résultats et
les prévisions incluent : les risques et incertitudes associés à l´accord de poursuite différée établi entre CA et le
bureau du Ministre de la justice américaine, notamment les accusations et poursuites que CA encourt en cas de
violation de cet accord ; les risques et incertitudes associés à l´accord que CA a établi avec la Securities and
Exchange Commission (« SEC »), notamment les sanctions et amendes potentiellement élevées que CA encourt en
cas de violation de cet accord ; les litiges qui pourraient survenir de questions soulevées par les enquêtes menées
par le Ministère de la justice américain et la SEC, dont le litige procédant du recours des actionnaires ; le fait que
les changements apportés au plan de rémunération de l´organisation des ventes de CA pourraient encourager des
comportements non prévus ou voulus dans ses modalités ; les difficultés que CA pourrait rencontrer pour intégrer
avec succès les sociétés et produits acquis dans ses activités existantes ; le fait que CA est soumise à une
compétition féroce dans les offres et la tarification de produits et de services, qui pourrait s´intensifier dans
l´avenir ; le fait que les licences de certains logiciels que CA utilise dans ses opérations quotidiennes sont fournies
par des tiers et pourraient ne plus être à la disposition de CA dans l´avenir, ce qui pourrait potentiellement retarder
le développement et la production de produits ; le fait que si les produits de CA ne restent pas compatibles avec les
environnements d´exploitation en constante évolution, CA pourrait perdre des clients et subir une diminution de la
demande de ses produits et services ; le fait que les évaluations de crédit de CA aient été diminuées et pourraient
l´être encore plus, ce qui impliquerait que CA ait à payer des intérêts supplémentaires dans le cadre de son accord
de crédit, d´où une incidence défavorable sur sa capacité à emprunter ; le fait que CA présente une dette
importante ; le fait que si CA ne parvenait pas à protéger ses droits de propriété intellectuelle, sa position
compétitive pourrait en être affaiblie ; la dépendance de l´entreprise vis-à-vis des transactions d´un montant élevé ;
les conditions économiques générales qui pourraient amener les clients de CA à retarder les mises à niveau
technologiques ou à y renoncer ; le fait que le marché de certains ou de tous les domaines de produits clés de CA ne
connaisse pas de croissance ; les revendications de tiers prétendant que les produits CA enfreignent leurs droits de
propriété intellectuelle ; les fluctuations des devises étrangères qui pourraient se traduire par des pertes de
transaction ; le fait que si CA ne parvenait pas à gérer et à faire évoluer ses systèmes et processus de gestion et de
reporting financier, notamment la mise en oeuvre de son logiciel de planification des ressources d´entreprise, sa
capacité à gérer et à développer ses activités pourrait en être diminuée, ainsi que d´autres risques mentionnés dans
les documents déposés auprès de la SEC, notamment la déclaration annuelle de CA figurant dans le formulaire
10K/A pour l´exercice clos le 31 mars 2005, y compris les modifications connexes, et ses récents états trimestriels.
CA n´est pas tenue de mettre à jour les informations figurant dans ce communiqué, sauf stipulations légales
contraires. Ces déclarations dynamiques ne valent qu´à la date à laquelle elles sont émises et doivent donc être
considérées avec circonspection.



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 142936
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI