mardi 2 juin 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 
Une enquête réalisée par Vanson Bourne, pour Global Switch révèle que 85% des entreprises françaises se contentent de mesurer le coût de leurs interruptions de services informatiques en terme d´heures/homme gaspillées.

Global Switch, l´un des fournisseurs de data centres de dernière génération, publie les conclusions d´une étude récente, réalisée à l´échelle européenne. Celle-ci révèle qu´un grand nombre d´entreprises n´a pas conscience de l´impact de leurs pannes informatiques sur leur image de marque auprès de leurs clients et partenaires.

Dans un contexte où cette image de marque et le niveau de confiance des clients s´inscrivent de plus en plus dans le cadre d´une stratégie et d´objectifs mondiaux, cette étude réalisée pour Global Switch par le cabinet Vanson Bourne établit que 85 % des entreprises françaises interrogées, dans les domaines de la banque, de la distribution et dans d´autres secteurs commerciaux, se contentent de mesurer le coût de leurs interruptions de services informatiques en terme d´heures/homme gaspillées. À l´inverse, seuls 70 % des sondés français tiennent compte, pour évaluer ce coût, de l´érosion de leur image de marque que suscitent ces incidents. Plus alarmant encore, 3 % des entreprises françaises du panel avouent tout bonnement ne pas mesurer ce coût.

L´enquête constate par ailleurs que les entreprises du secteur online sont à la traîne par rapport à leurs homologues aux activités plus traditionnelles, puisqu´elles sont 73 % à ne calculer le coût de leurs indisponibilités informatiques qu´en nombre d´heures/homme et que, sur ces dernières, seules 45 % envisagent l´incidence de ces incidents sur leur image de marque.

L´attitude des entreprises en la matière est sensiblement différente d´un pays d´Europe à un autre. Ainsi, les sociétés espagnoles sont les plus sensibles à la question, 75 % d´entre elles accordant autant d´importance au coût des pannes en termes des ressources humaines qu´à leur incidence sur leur image de marque. En revanche, ce sont les structures britanniques et allemandes qui semblent y être les moins sensibles, puisque seules 56 et 54 % d´entre elles respectivement admettent que leurs ruptures de service informatique ont un impact sur leur réputation.

Alexandre Safronoff, Directeur Commercial de Global Switch France précise : « À l´heure où les entreprises investissent des sommes colossales dans des infrastructures informatiques censées les aider à se rapprocher de leurs clients et qui analysent dans les moindres détails les comportements d´achat de ces derniers, il semble dramatique qu´elles négligent un élément aussi important pour la relation client que le coût de leurs ruptures de service informatique. L´une des raisons en est peut-être qu´elles ne font pas le lien entre ces pannes et leur réputation ou bien simplement qu´elles ignorent comment mesurer leur incidence. Une mesure en heures/homme perdues est sans doute plus simple, mais, en négligeant le critère de l´image de marque, les entreprises courent le risque d´ignorer les conséquences à long terme de ces pannes. »



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

RSS
12



Événements SSI