Doctor Web annonce la disponibilité
d´une solution destinée à protéger les serveurs de messagerie développés sous Linux, Free
BSD ou Solaris.
Doctor Web a conçu une solution permettant de protéger non seulement le trafic email
transitant sur les postes de travail sous Windows mais également le serveur lui-même,
tournant sous Unix.


Cette nouvelle solution permet en outre de protéger les utilisateurs contre
les spams mais également contre les virus comme les worms, les trojans, les macro virus, les
virus polymorphes et autres codes malicieux. Un scan antiviral du serveur est disponible afin
de le prémunir contre les attaques virales. La fonction antispam intégrée et fondée sur la
technologie Vade Retro de Goto Software permet de filtrer 98% des courriers non sollicités
d´après les derniers tests effectués.

La solution antispam et antivirus est fondée sur la technologie développée par Doctor Web,
Dr. Web MailD qui offre la possibilité à l´administrateur système de construire lui-même son
système de protection, comme un éditeur, en ajoutant les fonctionnalités répondant à ses
besoins spécifiques.
Dr. Web antispam et antivirus pour Unix s´accompagne d´un Kit de développement logiciel,
le SDK (Software Development Kit) permettant aux développeurs de créer de nouveaux
plugin pour MailD et de doter ainsi la solution de nouvelles fonctionnalités.

Cette solution est disponible en deux versions : Dr. Web Antispam pour serveurs de mail
Unix et Dr. Web Antivirus & Antispam pour serveurs de mail Unix.
Elle est compatible avec Linux, versions glibc 2.3 et au-delà, FreeBSD versions 5.x, 6.x,
Solaris version 10 (pour plateforme Intel seulement).

Dr. Web pour serveurs de mail Unix est compatible avec les serveurs de messagerie suivants :
CommuniGate Pro, Exim, Postfix, QMail, Sendmail et prochainement Courrier et Zmailer.

- Disponibilité : immédiate
- Prix : à partir de 180€ HT (protection de 15 adresses, un an de licence)



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 145253
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI

Réduire