dimanche 31 mai 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 
IMG/jpg/logo_MarkMonitor.jpg
Alors que le marché des compléments minceur a doublé de taille en quelques
années et que sa croissance à deux chiffres devrait se prolonger d´ici à
2013(1), une étude de MarkMonitor - leader mondial de la protection des
marques d´entreprise - montre à quel point il est facile d´acheter sur
Internet des pilules amincissantes normalement vendues sur ordonnance ou
bien des médicaments diététiques illicites, ainsi que les risques encourus
par les jeunes femmes et, de plus en plus, les hommes, qui y font appel.


Les personnes qui prennent ces médicaments s´exposent à des risques de
palpitations, de fausse couche, de défaillance rénale, d´attaque cardiaque,
de crises psychotiques voire de mort, raison pour laquelle il est vital que
les produits de ce type soient administrés exclusivement sur ordonnance.

L´offre illicite de produits coupe-faim contribue à alimenter une obsession
de la taille mannequin, et les personnes cherchant un remède miracle à leurs
problèmes de poids - y compris des femmes déjà minces tentant de maigrir
encore davantage - se tournent vers des médicaments disponibles sur
Internet, dont la consommation sans ordonnance est interdite en France ou,
dans certains cas, qui ne sont même pas destinés à des êtres humains,
risquant ainsi de mettre leur santé voire leur vie en danger. Des experts du
secteur(2) avertissent que l´usage de ces médicaments devient plus répandu
que celui de la cocaïne et de l´héroïne dans certaines régions du monde.


Principaux résultats de l´étude

L´étude réalisée par MarkMonitor au Royaume-Uni (marché représentatif des
tendances européennes) sur une période de trois jours en novembre 2008
révèle l´étendue du problème, notamment au travers des résultats suivants :
·326 sites de commerce vendaient ou conseillaient un ou plusieurs
médicaments dont la commercialisation sans ordonnance est interdite.
·377 annonces sur des places de marché offraient de grandes quantités de
pilules dont la commercialisation sans ordonnance est interdite au
Royaume-Uni, certaines proposant même la vente du principe actif « au
tonneau ».

La recherche a porté sur quatre grandes marques de pilules amincissantes
ainsi qu´un médicament non destiné à l´être humain mais pourtant couramment
utilisé pour aider à la perte de poids.

Il est illégal de fournir sans ordonnance des médicaments dont la vente est
subordonnée à la présentation d´une ordonnance.

« La disponibilité générale de médicaments contrefaits et illégaux s´est
considérablement accrue ces dernières années avec la prolifération de sites
Internet non réglementés »,
commente Sébastien Darnault de MarkMonitor. «
Cette pratique ne peut être endiguée que par une surveillance efficace des
canaux de vente sur Internet par les propriétaires des marques, aboutissant
à la fermeture aussi rapide que possible des sites illégaux. »

« Les consommateurs sont plus que jamais menacés par la vente sur Internet
de médicaments douteux tels que ceux-ci »
, ajoute-t-il.

(1) Source IMS Health France :

http://www.imshealth.com/portal/site/imshealth/

(2) Rapport de l´Organe international de contrôle des stupéfiants
des Nations Unies (INCB) daté de 2007 et repris par la BBC.



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

RSS
12



Événements SSI