vendredi 5 juin 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 
Un sondage réalisé pour le Ministère de la Santé Publique par Benoît Dupond, professeur de criminologie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sécurité, identité et technologie à l´Université de Montréal, met le doigt sur l´importance du cybercrime au Québec.

Près de 900.000 vols d´identité

Près de 900.000 vols d´identité, fraudes, menaces et autres crimes sont produits chaque année sur Internet. Le vol d´identité constitue la première source de cybercriminalité, avec 486.000 vols. Les deux tiers ont causé des préjudices monétaire à leurs victimes.
Plus de la moitié des victimes (58,7%) ont déclaré une perte inférieure à 100 euros, et pour 22,2%, les pertes n´ont pas dépassé 500 euros.

Selon le rapport rendu public cette semaine, le préjudice financier se monte à plusieurs dizaines de millions de dollars. Plus de tiers des victimes (39,7%) ont dû assumer dû assumer l´intégralité des pertes subies. Pourtant, à peine un répondant sur cinq porte plainte.

Selon le rapport, les personnes qui ont un revenu plus élevé connaissent plus un risque d´être victime d´un vol d´identité. L´utilisation frauduleuse de cartes de crédits est le vol d´identité le plus courant.

267.000 incidents liés au piratage ou à l´intrusion informatique


Par ailleurs, 267.000 incidents liés à du piratage ou à l´intrusion informatique se produisent chaque année, selon ce sondage. Les Québécois de 35 ans comptent pour 30% des victimes, alors que les plus de 55 ans ne dépassent pas 16% des victimes.
La fraude dans Internet représente chaque année 94.900 incidents. De plus, analyse le sondage, 29.700 Québécois sont victimes annuellement de harcèlement ou de menaces par Internet.

Les Québécois continuent d´avoir confiance dans leurs institutions. 68,5% des établissements financiers bénéficient de la confiance du public en matière de contrôle contre la cybercriminalité, la police est citée à 68,5% et les organismes de défense du consommateur à 66%. Par contre, les éditeurs de logiciels font grise mine, puisque 20 à 40% des personnes interrogées seulement leur font confiance. Le rapport conclut que « des efforts considérables devront être consentis par les principales entreprises de la cyberéconomie, dont les performances ne semblent pas inspirer confiance à la population ».



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

RSS
12



Événements SSI