dimanche 24 mai 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 
Selon le Figaro du 12 février, la Commission Européenne vient d´obtenir,après un an de discussions, la signature d´une charte de bonne conduite de la part des sites communautaires et des réseaux sociaux.


Dix-sept acteurs impliqués


Facebook, MySpace, Dailymotion, YouTube, Google, Yahoo Europe… Dix-sept acteurs au total ont promis le mardi 10 février à Luxembourg d´améliorer la sécurité des mineurs en luttant contre les dangers de la pédopornographie, mais aussi du harcèlement en ligne. Selon le Figaro, « il y a urgence, car ces réseaux attirent déjà plus de 41,7 millions d´utilisateurs en Europe ». Tout en soulignant « leur énorme potentiel », Viviane Reding, le commissaire européen chargé de la Société de l´Information et des Médias a souligné que ces sites « doivent apporter des outils appropriés pour ne pas mettre en danger les enfants et les adolescents lorsqu´ils se font de « nouveaux amis », et mettent en ligne des informations personnelles ».

La généralisation d´un "bouton d´alerte"

Il a y en premier lieu dans cette charte la généralisation dans tous les sites d´un « bouton d´alerte », accessible et simple d´emploi pour signaler tout abus ou toute conduite inappropriée dans un propos ou une video. De plus, les profils et les listes de contacts des utilisateurs déclarés comme mineur devront être « privés » par défaut, de façon à rendre les jeunes internautes plus difficiles à joindre pour les personnes mal intentionnées. Ces profils, selon le Figaro, ne devront être accessibles ni directement via le site, ni par les moteurs de recherche.
Enfin, si un site a pour cible les adolescents de 14 ans, il devra interdire l´inscription à tout enfant plus jeune : une gageure quand on sait que les jeunes utilisateurs mentent parfois sur leur âge… Le Figaro mentionne que dans d´autres pays, comme au Danemark, le numéro de sécurité sociale ou le numéro d´identité numérique est demandé pour s´enregistrer.

Pas de caractère obligatoire

Par contre la charte n´a pas de caractère obligatoire, et rien ne contraint les sites à l´appliquer. « Symboliquement, c´est déjà un pas », reconnaît Jacqueline du Fretay, présidente d´E-enfance, une association de prévention des risques sur Internet. La Commission a à cet effet exigé un état des lieux dans un an en donnant rendez-vous à tous les acteurs. Pour sa part, David Fares, un des responsables de MySpace, estime que « cette charte n´est pas qu´un bout de papier mais un vrai engagement ». Les sites ont d´ailleurs tout intérêt à adopter une attitude citoyenne sur le sujet pour apparaître comme progressistes et responsables.



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

RSS
12



Événements SSI