IMG/bmp/revue_de_presse.bmp
Selon le site Zenit www.zenit.org, l´Eglise Catholique est attaquée sur Internet. C´est pourquoi la Commission Episcopale Européenne pour les médias (CEEM) a réuni, la semaine dernière, un représentant d´Interpol et un "hacker" pour souligner le danger de cyberattaques sur l´Eglise Catholique.


Cette rencontre a eu lieu du 12 au 15 novembre et avait pour thème : "la culture d´Internet et la communication de l´Eglise". Elle réunissait des représentants de Wikipedia, de Facebook, un ancien hacker et un représentant d´Interpol.

Dimitrios P. Angelopoulos responsable du bureau chargé de la cybercriminalité en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient au secrétariat général d´Interpol , et "petit frère Bruno", ancien hacker repenti et créateur d´une entreprise sur la sécurité informatique, ont souligné les dangers d´Internet pour l´Eglise Catholique. Des prêtres internautes et allant sur Facebook risquent d´être attaqués, le site du Vatican peut être défacé ou attaqué en deni de service, et les fondamentalistes islamistes "ont de très bonnes équipes d´attaques cybernétiques", a souligné l´officier d´Interpol.
Il a ensuite expliqué que "le Vatican n´est pas l´unique objectif " des pirates informatiques. "L´objectif peut être n´importe quel site catholique, ou même l´ordinateur d´un monastère, ou d´un prêtre connecté à Internet". Il précise aussi qu´"il suffirait d´aller sur Facebook et d´analyser les informations que certains prêtres indiquent dans leur profil. Il faut être très prudent", conclut-t-il.

Quant à "petit frère Bruno", il prévient les instances de l´Eglise que "pour de nombreux hackers, défigurer tout simplement le site du Vatican en y mettant la photo d´Oussama Ben Laden pourrait constituer une grande victoire".

Si Internet et les réseaux sociaux peuvent constituer de fabuleux moyens de communication de l´Eglise avec ses fidèles, la prudence s´impose dans l´utilisation de l´outil informatique. Comme partout ailleurs.



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 145556
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI

Réduire