IMG/bmp/revue_de_presse.bmp
Après les passes d´armes de la semaine dernière, au cours de laquelle Hillary Clinton, chef de la diplomatie américaine, avait déclaré que "les personnes ou les pays qui lancent des cyberattaques devront en subir les conséquences", il semblerait que l´ambiance se détende un peu entre la Chine et les Etats-Unis. En effet, selon l´AFP, Hillary Clinton, de voyage à Londres, a déclaré avoir eu un "échange très positif", avec son homologue chinois Yang Jiechi à propos du conflit entre Google et les autorités chinoises.


La Chine développerait son arsenal de cyberguerre

Le ton était en effet considérablement monté entre Washington et Pékin lors de l´affaire Google : Hillary Clinton avait réclamé une "enquête minutieuse et des résultats transparents" aux Chinois. Selon John Bumgarner, membre de US Cyber Consequence Unit, qui se confiait à 20 minutes, "toutes les nations ont désormais la possibilité de se livrer au cyberespionnage". En octobre dernier, un rapport accusait la Chine de " développer son arsenal de cyberguerre, en soulignant que des liens existaient entre les hackers de pointe et le gouvernement afin de dérober des secrets militaires" explique 20 minutes sur son site Internet.


La définition d´une véritable politique d´Internet par Hillary Clinton


Hillary Clinton avait défini, lors de son discours du 21 janvier à Washington, une véritable politique d´Internet : selon la chef de la diplomatie américaine, les Etats-Unis, "berceau" de l´Internet, avaient la "responsabilité" de le protéger. "J´espère que le refus de soutenir la censure politique va devenir une caractéristique des entreprises américaines dans le secteur des technologies", déclarait la Secrétaire d´Etat dans une édition en ligne du "Point".

Des relations tendues entre la Chine et les Etats-Unis

Ella a aussi estimé que "les personnes et les pays qui lancent des cyberattaques devront en subir les conséquences". Ma Zhaoxu, porte-parole du Ministère chinois des Affaires Etrangères, repris par l´agence de presse chinoise Xinhua, avait déclaré en réponse que "la partie américaine a critiqué la gestion d´Internet par la Chine en sous-entendant qu´elle restreignait la liberté d´usage d´internet. Nous nous opposons fermement à ces propos à l´encontre de la réalité et qui portent atteinte aux relations sino-américaines". Il rajoute : "la Constitution chinoise protège la liberté de parole des citoyens, et la politique constante du gouvernement chinois est toujours de favoriser le développement d´Internet", les propos étant toujours rapportés par l´agence Xinhua.

Des propos apaisants à Londres

Il semblerait que les relations sino-américaines, un peu tendues suite à ces différentes déclarations la semaine dernière, se soient quelques peu réchauffées suite aux propos apaisants d´Hillary Clinton à Londres : selon l´AFP, elle a notamment déclaré que elle avait eu "une conversation très ouverte et très honnête avec Yang Jiechi, son homologue du Ministère des Affaires Etrangères de Pékin. Selon l´AFP, "Mme Clinton a précisé que le dialogue entre Pékin et Washington sur ce sujet allait continuer".

La demande d´une "enquête transparente"

Néanmoins, Washington continue à demander à la Chine de mener une "enquête transparente" sur cette affaire. Enfin, l´entourage d´Hillary Clinton ajoute que la Secrétaire d´Etat "veut regarder de l´avant au sujet de la sécurité sur Internet (...). Les problèmes de sécurité informatique ne touchent pas seulement les entreprises américaines ou européennes. Cela va aussi affecter les entreprises chinoises qui sont de plus en plus intégrées à la cyber-communauté internationale. Nous avons donc un intérêt commun (...) et nous sommes enclins à travailler là-dessus avec les Chinois" a conclu la Secrétaire d´Etat.



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143292
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI