mardi 14 juillet 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 
IMG/bmp/revue_de_presse.bmp
Une technologie nouvelle voit le jour, mise en place par les chercheurs de l´Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). Elle consiste à se baser sur la capacité du corps à produire des anticorps.


Utiliser la capacité du corps à se battre contre les virus

C´est le site de l´Atelier www.atelier.fr qui révèle l´affaire : des chercheurs de l´Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne se sont inspirés de la capacité du corps à se battre contre les virus et à produire des anticorps pour lutter contre les virus informatiques. "Le produit de leur recherche a été baptisé Dimmunix". Le professeur George Candea, responsable du projet, explique à l´Atelier que "les bugs apparaissent quand un fil d´exécution se produit dans un certain ordre. Lorsque celà arrive, Dimmunix garde une trace de cette séquence d´applications". C´est la signature du bug. "Dans une deuxième étape, le système observe le fonctionnement du programme. Chaque fois que ce dernier sera sur le point d´effectuer les mêmes actions et dans le même ordre, il sera capable de le reconnaître et de l´empêcher", écrit l´Atelier.

Les ordinateurs des employés pourraient partager leur signature de bugs

A en croire les chercheurs de Lausanne, "les éditeurs de logiciel pourraient envoyer une mise à jour à intervalles réguliers, ou l´échange pourrait s´effectuer au sein de communautés P2P : "les entreprises sont un bon exemple de communautés", explique George Candea. "Les services IT pourraient installer le logiciel sur les ordinateurs, de sorte que les ordinateurs des employés partagent leurs signatures de bugs".

Pour l´instant, le logiciel s´adresse plutôt aux développeurs, mais les chercheurs entendent proposer une version grand public dans le courant de l´année.



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143031
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI