La question que pose l’Atelier, le groupe de réflexion sur les nouvelles technologies de la BNP–Paribas est intéressante. Faut-il, pour garantir les réseaux contre la cybercriminalité, avoir recours à l’externalisation ? Que faut-il protéger et à quel titre ? Une étude de Frost & Sullivan a montré que le niveau de dépense des entreprises en sécurité informatique ne cessaient de croître : «  bien que le ralentissement économique ait imposé des diminutions de budget, les entreprises continuent à acquérir de nouvelles mesures pour moderniser leur sécurité informatique » explique Martha Vazquez, chercheur chez Frost and Sullivan. Estimé à 1,2 milliard en 2009,  le marché de la sécurité des réseaux devrait, selon l’étude, atteindre près de 4 milliards en 2016.

La législation américaine, très stricte en termes de normes, impose des mesures drastiques concernant la protection des données. L’étude préconise aux fournisseurs de diversifier leurs portefeuilles pour rester compétitif dans un marché toujours plus concurrentiel, du fait du « cloud computing ».

L’étude souligne tous les avantages de la sous-traitance, et notamment une réduction des coûts dans le cadre d’une approche métier. Mais visiblement, tout le monde n’est pas prêt à faire le premier pas…




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 146216
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI

Réduire