On parle beaucoup, dans les milieux bien informés, des Anonymous, ces pirates qui veulent porter atteinte au droit de propriété intellectuelle par des opérations massives de deni de service.

Ils considèrent cela comme étant une « injustice », jugeant que la tentative des grandes industries du savoir de contrôler et de préserver leur monopole sur la distribution de contenu en utilisant essentiellement des méthodes de contrôle est « illégale et infâme ».C’est un point de vue. Au moment où partent les premiers mails Hadopi avec le succès que l’on sait, voici un bref panorama des DDOS de la planète. Edifiant.

Guerre numérique


Pandalabs, une société espagnole spécialisée dans la sécurité informatique, suit depuis le 17 septembre cette guerre numérique entre les Anonymous et les sites Web des ayants-droits.

-Aiplex (défendant les ayants-droits ) : 313 coupures, 123 heures d’interruption.
- ACL :Law (un cabinet d’avocats défendant les ayants-droits): 152 coupures, 179,07 heures de coupure.
- RIAA (Recording Industry Association of America) : 104 coupures, 127 heures de coupures.
- AFACT(Australian Federation Against Copyright Theft) : 43 coupures, 21,43 heures de coupures.
MPAA (Motion Picture Association of America) : 3 coupures, 23,20 heures de coupures.
- Davenport  (cabinet d’avocats): 3 coupures, 8,55 heures de coupures.
- Lyons (cabinets d’avocats) :  3 coupures, 8,55 heures de coupures.
- IFBI : 2 coupures, 0 ;06 heures de coupures.
-BPI : 2 coupures, 0,06 heures de coupures.
SGAE ES : 22 coupures, 28,45 heures de coupures.
MCU ES : 28 coupures, 20,41 heures de coupures.
Promomusicae ES : 69 coupures, 6,29 heures de coupures.

Soit un total de 742 coupures pour 537,55 heures de coupure pour des opérateurs de musique.Cela n’est pas négligeable, et rien ne dit que la guerre entre les Anciens et les Modernes va se terminer un jour.



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 144317
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI