Actualités

Après avoir assis sa notoriété dans le grand public avec son antivirus, l’éditeur russe de solutions de sécurité veut désormais faire sa place sur le marché de l’entreprise avec la sortie ou le renouvellement de 12 produits.

Devenu le 4ème fournisseur d’antivirus sur le marché du grand public, Kaspersky Lab annonce désormais ses ambitions sur le marché de l’entreprise qui représente déjà 28 % de son chiffre d’affaires. L’éditeur russe s’appuie sur une nouvelle approche globale de ce marché en proposant des solutions pour tous les segments de l’entreprise et ce sur les principales plates-formes : Microsoft Linux, MAC et les plates-formes virtuelles dont VMWare.
Le premier angle des solutions est d’abaisser le coût total de possession des solutions de sécurité, rebaptisé pour l’occasion coût total de la protection. Dans cette approche les services en ligne sur le nuage ou en services managés ont évidemment une grande place. Des services devraient être disponibles dès le début de 2011 en permettant à des partenaires de Kaspersky d’offrir ce type de solutions.

Du malware à la protection totale

L’éditeur moscovite s’appuie évidemment sur son point fort, la lutte contre les virus et autres vilaines bébêtes pour étendre ensuite sa solution sur 4 axes : la protection contre les pertes de données et le chiffrement, les services en ligne, la gestion de la sécurité, des vulnérabilités et des opérations ainsi que les accès réseaux. L’extension se fera de manière opportuniste et si pour l’instant l’éditeur privilégie le développement de solutions en interne, Eugène Buyakin, en charge des opérations chez Kaspersky, n’a pas totalement écarté la possibilité d’acquisitions dans ces domaines lors d’un point presse.
La suite se dote d’un module d’administration centralisée qui transmet ses résultats par trames SNMP vers des consoles de gestion des actifs informatiques. La simplification de l’utilisation est un point clé des solutions proposés et qui seront disponibles de la fin de cette année à l’année prochaine. Les solutions veulent couvrir l’ensemble de ces actifs, terminaux (mobiles ou non), serveurs de fichiers, de messageries et de collaboration (sharepoint).

Faisant ses premiers pas sur ce marché, l’éditeur russe n’offre pas encore la panoplie complète de protection sur l’entreprise mais la feuille de route est claire et son approche en plusieurs couches correspond à l’air du temps en termes de protection. Il reste cependant à vérifier la délivrance des améliorations promises pour se faire une réelle idée des solutions dans le contexte de l’entreprise. En tout cas, le positionnement marketing est affirmé. La première étape du plan est donc réussie !

Bertrand Garé





Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 145464
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12

Mag-Securs n°57

Dernier numéro

Événements SSI

Réduire