Le FBI a émis 40 mandats d'arrêt à l'encontre de membres présumés du groupe "Anonymous" résidants aux Etats-Unis et collabore activement avec les services de polices à l'international.

Dans son communiqué de presse d'hier, le FBI indique avoir émis pas moins de 40 mandats contre des membres présumés du groupe "Anonymous" suite aux attaques de déni de service (DDoS - Distributed Denial of Service) perpétrées contre des entreprises et des organisations aux Etats-Unis. Par ailleurs, le FBI précise travailler étroitement avec plusieurs autres services de police à l'étranger dont la Grande-Bretagne, la Hollande, l'Allemagne et la France.

Nous avions déjà annoncé jeudi dernier l'arrestation de cinqs membres présumés en Grande-Bretagne et de deux français hier. Il faut donc s'attendre à ce que de nouvelles vagues d'arrestations surviennent en Hollande et en Allemagne.

Il semble que les attaques aient été effectuées avec l'aide de LOIC (Low Orbit Ion Canon) créé par Alexander M. Batishchev. Les activistes français qualifiés de "très doués" par le Lieutenant-Colonel Eric Freyssinet ne seraient pas si doués que cela compte tenu du fait que ce logiciel peut assez facilement être trouvé sur l'Internet !

Le communiqué rappelle que les citoyens Américains encourent jusqu'à 10 années d'emprisonnement pour avoir simplement facilité ou conduit directement des attaques de type DDoS. Rappelons qu'en 1990 la Grande-Bretagne s'est dotée du Computer Misuse Act, qui, renforcé en 2008, punit aussi ce type d'infraction de 10 ans d'emprisonnement.

En France, suite à la promulgation de la LCEN, ce sont les articles 323-1 à 323-7 qui s'appliquent avec des peines pouvant aller jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 75 000 € d'amende. Notamment l'article 323-2 pour "le fait d'entraver ou de fausser le fonctionnement d'un système de traitement automatisé de données", l'article 323-3-1 pour "le fait, sans motif légitime, d'importer, de détenir, d'offrir, de céder ou de mettre à disposition un équipement, un instrument, un programme informatique ou toute donnée conçus ou spécialement adaptés pour commettre une ou plusieurs des infractions prévues par les articles 323-1 à 323-3" et enfin l'article 323-4 pour "la participation à un groupement formé ou à une entente établie en vue de la préparation, caractérisée par un ou plusieurs faits matériels, d'une ou de plusieurs des infractions prévues par les articles 323-1 à 323-3-1".




Autres News Cyber Crime

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143966
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI