Répondant au nom de code de « Carl », ce hacker a été arrêté par la police suite à la diffusion du reportage « Complément d’enquête » diffusé sur France 2.

Suite à la diffusion d’un reportage intitulé « Internet, Wikileaks, les dangers de la transparence » dans le cadre de l’émission « Complément d’enquête », sur France 2, un hacker a été arrêté par la police. Connu sous le pseudo de « Carl », il expliquait avoir réussi à pirater le réseau de l’Armée Française, ou encore celui de l’entreprise Thales.

Devant la caméra, Carl se livre à son jeu favori : il montre comment accéder sur un espace de l’Armée, et parcourt des milliers de documents internes appartenant à Thales. Mais la blague ne fait pas rire chez certains concernés.

Thales porte plainte. Un mois plus tard, cet étudiant en sociologie est arrêté, le matin du 6 avril, et mis en examen pour accès frauduleux à un système de traitement automatique de données, vol et abus de confiance.

Dans le reportage, Carl est décrit comme appartenant au groupe Anonymous. Un fait qu’il nie, tout comme le groupe d’ailleurs. Le site Zataz, qui connaît apparemment le jeune homme, rapporte une lettre de Carl reçue après la diffusion de l’émission : « J'ai perdu la foi que je portais au journalisme en regardant le résultat très très médiocre (du reportage). Ils m’ont fait dire des choses, genre je suis anonymous ou je gagne des sommes de ouf. Ils ont zappé quand je disais defacer (pirater et barbouiller un site web) c'est mal. Je disais que c'était inutile. Qu'il y avait des gens derrière qui fabriquaient et géraient. Qu'il pouvait y avoir des répercussions physiques de tels agissements. Malgré les 50 avertissements au monteur, au caméraman, même au son, ils n'ont pas tout flouté. En tous cas ce que présente la TV sur moi n'est pas flatteur : un mec qui pense au fric, inconscient, qui détruit tout. Je critiquais aussi les méthodes d'Assange. Ça non plus ça n'a pas été montré ».

Zataz rappelle également que Carl risque une peine d’emprisonnement de 5 ans, ainsi que 300 000 euros d’amende.




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 144333
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI