Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, annonce la création de 200 postes supplémentaires près de Rennes afin d’améliorer la cyberdéfense française d’ici à 2015.

D’ici à 2015, la Direction Générale de l’Armement (DGA) aura droit à 200 renforts. C’est ce qu’a annoncé Jean-Yves Le Drian (photo ci-contre), le ministre de la Défense, lors d’un déplacement à Bruz, près de Rennes, en Bretagne. Les prochains recrutés seront intégrés au sein de la DGA-MI pour renforcer les équipes chargées de la cyberdéfense française. Le site, principal centre d'expertise français consacré à la maîtrise de l'information, à la guerre électronique et aux systèmes de missiles, emploie actuellement 1.200 personnes, rapporte l’AFP. Une trentaine de recrutements ont déjà eu lieu récemment, dans l’analyse et la prévention des attaques informatiques.

Le ministre, ancien président de la région Bretagne jusqu'en juillet dernier, a signé un accord de partenariat avec la région pour le développement des activités de recherche et d'industrie « duales », c'est-à-dire dont les applications peuvent servir à la fois dans les domaines militaire et civil.

Cybercriminalité : la France « démunie »

En juillet dernier, le sénateur Jean-Marie Bockel remettait un rapport intitulé « La cyberdéfense : un enjeu mondial, une priorité nationale », qui dressait des constats assez alarmants et inquiétants. Le sénateur livrait en conclusion 50 recommandations et 10 priorités.

Les initiatives ne sont pas nombreuses mais début juillet dernier, le projet d’antivirus français DAFVI était lancé, soutenu par le Fonds national pour la Société Numérique (FSN). DAVFI (Démonstrateurs d’antivirus français et internationaux) sera proposé en plusieurs versions, dont une allégée et gratuite pour les particuliers, une autre pour les postes de travail et réseaux d’entreprises. Mais pas avant 2014.




Autres News Cyber Crime

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143933
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI