Un internaute a été relaxé après avoir bloqué un service de la Banque de France par mégarde en utilisant Skype.

Un habitant de Fougères en Ile-et-Vilaine accusé d’avoir bloqué le système informatique de la Banque de France en 2008 a été relaxé par le tribunal correctionnel de Rennes en prouvant qu’il avait agi sans intentions malveillantes.

Cet allocataire du RSA occupait une bonne part de son temps libre sur les forums internet. Il avait ainsi déniché des numéros de téléphones gratuits permettant d'accéder à des services téléphoniques correspondant habituellement à des numéros surtaxés.

Son avocat Maître Hélène Landic-Baron a indiqué à l’AFP : «Un beau jour, en utilisant (le système de téléphonie par internet) Skype, il s'est ainsi retrouvé sans le savoir à la Banque de France. Quand on lui a demandé le code d'accès, il a rentré 1 2 3 4 5 6 et c'était le bon»

Cet accès inhabituel a déclenché aussitôt une alerte qui a bloqué pendant deux jours le service téléphonique qui s’occupe du surendettement, des produits d’épargne, des assurances et des mutuelles de la Banque de France.

Une plainte a donc été déposée mais ce n’est que deux ans plus tard suite à des investigations internationales (Skype étant domicilié au Luxembourg) que le Fougerais a été interpellé.

Se rendant compte que l’internaute avait agi de façon totalement innocente, le tribunal correctionnel de Rennes n’a même pas suivi la peine de 70 heures de travail d’intérêt général que le parquet avait requis contre lui.

Néanmoins la Banque de France n’a pas véritablement été hackée, il n’y a eu aucun vol de données confidentielles, aucune intrusion intempestive au sein du système informatique de l’établissement bancaire. Le Fougerais a simplement bloqué un service qui renseignait le public sur le surendettement, les assurances etc…




Autres News Accès, Cyber Crime

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143949
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI