Le gouvernement syrien a coupé internet dans tous le pays et accusé des terroristes de ce méfait. Anonymous a immédiatement réagit en ciblant des sites syriens gouvernementaux et tenus par des supporters pro-gouvernementaux.

Suite au black out d’Internet en Syrie, le ministre des télécommunications a rapidement tenu des terroristes pour responsables et assurer que le gouvernement n’avait rien à voir dedans.

« Cela n’est pas vrai que le gouvernement a coupé l’internet. Les terroristes ont ciblé les lignes Internet, ce qui a provoqué une coupure pour certaines régions. »

Les entreprises qui surveillent internet et qui analysent le réseaux ont alors mis en doute les paroles du gouvernement syrien et avancent une toute autre histoire.

Renesys a été la première entreprise a confirmé non pas une coupure régionale mais une coupure totale d’internet en Syrie :

« les 84 blocks d’adresses IP syriens sont devenus injoignables, coupant le pays d’internet »

Cloud Flare sont eux aussi très sceptiques :

" Le Ministre prétend que le gouvernement n’a pas désactivé internet, mais que la coupure a été causé par un câble coupé … D’après notre enquête c’est très peu probable."

La Syrie dispose de 4 câbles physiques qui la connectent au reste d’internet. Pour qu’une coupure nationale ait lieu, les 4 câbles doivent être coupés simultanément. Une telle configuration n’est possible que si une réponse coordonnée est entreprise par l’établissement syrien des télécommunications qui est dirigé par l’Etat.

 

Une fois la coupure confirmée, Anonymous a réagi activement sous le sceau de l’opération OPSyria.

« Anonymous travaille depuis plus d’un an avec des activistes syriens en prévision de ce moment. Il y a des centres indépendants pour les médias qui ont été mis en place dans toutes les villes syriennes. Les activistes et journalistes indépendants pourront y accéder afin de communiquer des news en dehors de Syrie »

Anonymous a supprimé des sites gouvernementaux et des sites pro-gouvernementaux tenus par des sympathisants qui étaient encore en ligne après la coupure. Ils ont soit été attaqués par DDoS, soit defacés, soit rendus inutilisables.




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 144002
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI