lundi 6 avril 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 

Après un mois d’accalmie, les attaques par DDoS ont repris contre les principales banques américaines comme U.S Bancorp, JP Morgan Chase, Bank of America et PNC Financial Services Group.

Le groupe de hackers Izz ad-Din al-Qassam Cyber Fighters a posté en début de semaine un message sur pastebin pour annoncer la seconde phase de son opération Ababil contre les banques américaines.

Les sites des institutions financières telles que Bank of America, PNC et JP Morgan ont été rendues inaccessibles suite aux attaques par DDoS.

PNC a d'ailleurs communiqué assez rapidement sur Facebook en expliquant :

« PNC et d’autres banques ont rencontré un volume de trafic internet inhabituel. En conséquence, des clients peuvent rencontrer de la latence ou des difficultés lors de la connexion aux services en ligne

Le collectif de hackers avait revendiqué la première vague d’attaque qui a touché dix banques américaines dont les cinq banques concernées par la seconde vague.

Première vague à 100 Gbps

Les attaques par DDoS deviennent de plus en plus problématiques et importantes pour les banques :

« Dans la nouvelle phase, la portée et le nombre d’attaques vont significativement augmenter.»

Les cyber fighters exploitent des serveurs compromis pour lancer leurs attaques par DDoS. Les serveurs dans les data centers possèdent une plus grande bande passante et les attaques ont ainsi pu submerger les défenses des réseaux. La première vague d’attaques du mois d’octobre contre les banques avait atteint 100 Gbps alors qu’une attaque de 5 à 10 Gbps est généralement suffisante pour rendre un site hors ligne.




Autres News Cyber Crime

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

RSS
12



Événements SSI