vendredi 3 juillet 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 

L’un des associés de la société de capital-risque KPC&B délivre quelques prévisions sur le futur marché de la sécurité. Un discours sans langue de bois qui tranche avec le filet d’eau tiède qui coule habituellement.

De notre envoyé spécial à San Francisco (RSA Conference 2013). Ted Schlein n’est pas franchement un débutant. 26 ans d’expérience dans le domaine de la sécurité des systèmes d’informations avec notamment des responsabilités de vice président de Symantec avant de rejoindre en 1996 la société Kleiner Perkins, Caufiels & Byers. KPC&B n’est pas non plus une boutique de quartier mais tout simplement l’une des plus importantes sociétés de capital-risque des Etats-Unis avec des prises de participation dans des sociétés comme Amazon, Facebook, Google et quelques centaines d’autres de moindre calibre mais qui demeurent de sacrées références. Dans le domaine de la sécurité, les participations comprennent Bit9, Mandiant, Good Technologies et quelques dizaines d’autres. M. Schleier est également à l’origine de prises de participations dans Fortify ou ArcSight, deux entreprises rachetées par HP. Très récemment, le fonds s’est également attaqué au marché chinois en investissant dans des entreprises comme Venus Tech qui est le fournisseur du système de défense de l’Internet de l’empire du milieu.

A la RSA Conference, M. Schlein s’est exprimé sur ce que devait être, selon lui, l’avenir de la sécurité. En premier lieu, il met en garde des sociétés comme Symantec ou McAfee qui doivent rapidement revoir leurs stratégies sous peine de cruelles désillusions puisqu’il considère que le business de l'anti-virus n’en est plus un et que ces outils sont notoirement inefficaces face aux nouvelles menaces. Il affirme également que la manière dont les entreprises se protègent doit radicalement changer. «Je crois que la sécurité doit être effectuée de l’intérieur vers l’extérieur et non pas l’inverse qui consiste à empêcher les intrusions. Les modèles de sécurité actuels seront morts dans une dizaine d’années, tout au plus ». Le cas de Symantec est plus criant car la société est indépendante, alors que McAfee appartient maintenant à Intel. « Le problème de Symantec et d’autres est que ce sont des sociétés cotées. Elles doivent donc rendre des comptes en permanence aux actionnaires et dans ces conditions ce n’est pas facile de transformer radicalement son activité ». Ce faisant, on comprend la décision de Dell qui souhaite s’écarter de ces contraintes boursières pour opérer une transformation profonde de l’entreprise.



Pages: 1 de 2 Page suivante


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 142936
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI