Le journal américain The New Yorker a officiellement lancé sa boîte mail sécurisée, appelée « StrongBox ». Elle s'appuie sur le réseau TOR.

La confidentialité des données et leurs sources donnent à tout éditeur de presse plus de transparence, c’est pourquoi le journal The New Yorker a mis en place une boîte mail plus sécurisée. Cette boîte mail dispose de moyens de sécurité de dernière génération.

Le principe de cette boîte : garder l’anonymat sur les personnes qui transmettent les informations à l’agence et pour cela il fait usage de la technique de routage en oignon (TOR).  Il s’agit d’un réseau mondial décentralisé que des militants dans le monde entier utilisent notamment pour échapper à la censure des gouvernements.  Dans le cas de StrongBox, l’internaute ne communique pas son adresse IP qui ne peut être détectée par les journalistes du New Yorker.

Amy Davidson, journaliste au New Yorker, estime que ce produit est une continuité de ce qui se faisait avant. « Nous avons hâte de découvrir ce que contient StrongBox, avec la même curiosité dont nos premiers rédacteurs en chef faisaient preuve il y a presque 90 ans ». L’idée de ce projet est venue de Aaron Swartz, fervent  défenseur des libertés sur Internet, décédé en janvier dernier.




Autres News Identité

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143255
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI