La lutte contre la cybercriminalité préoccupe la scène internationale. Après la signature des accords de coopération entre la Chine et les Etats-Unis à l’occasion de la rencontre entre les deux présidents américain et chinois le 7 et 8 juin en Californie, la Russie a de sa part conclu un accord avec son homologue américain.

A l’occasion du sommet de G8 qui s’est tenu en Irlande, les deux présidents Barack Obama et Vladimir Poutine on annoncé dans une déclaration commune l’intention de leurs pays de coopérer dans le domaine de la sécurité des technologies de l’information et de la communication (TIC).  Moscou et Washington, se sont mis d’accord sur la création d’un groupe de travail dont le but d’instaurer une politique commune en matière de lutte contre la cybercriminalité. Des rencontres régulières entre les experts de la sécurité des deux côtés seront organisées afin de traiter les nouvelles menaces informatiques et renforcer la sécurité.

Ce rapprochement entre les deux puissances, vient combler le manque d’efficacité des institutions internationales déjà existantes.  Andreï Komarov, directeur du département des projets internationaux, de l’audit et du conseil chez Group-IB s’est félicité de cet accord et estime que "Ce genre d'initiative ne peut être que positif".

"A l'heure actuelle dans le domaine de la sécurité informatique, il faut reconnaître que certains incidents et les intentions de coopération pour leur règlement sont souvent ignorés, ce qui est inadmissible au vu de la complexité de la situation dans l'espace cybernétique et du développement actuel des TIC", déclare Andreï Komarov.

La montée vertigineuse des cyberattaques ces deux dernières années obligent les états à fournir plus d’efforts en matière de cyberdéfense. Artem Baranov, analyste en chef chez Eset, pense que la Russie étant membre du G8 ne doit pas se mettre à côté. Elle doit prouver au monde qu’elle est disponible et prête à offrir aux autres partenaires les moyens dont elle dispose dans le domaine des TIC.

"Ces dernières années ont montré qu’il fallait s'attendre à une hausse des menaces informatiques contre des pays concrets. Ces menaces peuvent servir à réaliser des objectifs comme le cyber-espionnage ou la mise hors-service des sites stratégiques d'infrastructure. Dans ce sens on pourrait constater que la coopération visant à assurer la sécurité des TIC profiterait aux deux Etats", déclare Artem Baranov.




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143933
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI