La rencontre entre les deux présidents chinois et américain au début du mois de juin n’a servi à rien. Les aveux de Snowden tendent de nouveau les relations entre les deux nations, après une courte période de calme.

Les révélations explosives d’Edward Snowden sur le programme d’espionnage américian Prism mettent en péril l’avenir des relations déjà affaiblies par l’échange d’accusations entre les deux puissances mondiales. 

Des deux côtés, la Chine et les Etats-Unis, s’échangeaient les accusations. Ces dénonciations interviennent suite à de nouvelles divulgations d’Edward Snowden, dimanche dernier. Dans une déclaration au quotidien hongkongais South China Morning Post,  l’espion, comme on le qualifie aux Etats-Unis, a souligné que son pays avait piraté la prestigieuse université Tsinghua de Pékin, et les serveurs de Pacnet. Les Américains ont ainsi eu accès aux données de millions de chinois.

Suite à cela, les autorités chinoises ont ouvertement demandé plus de précisions au gouvernement américain. Les déclarations de Pékin, exprimant son inquiétude suite à des cyberattaques de l’agence secrète américaine, n’ont pas laissé le gouvernement américain sans réactions. Les autorités américaines reprochent à son homologue chinoise  le ‘’vol de propriétés intellectuelles’’. On se demande alors qui a raison et qui a tort. 

Lors de son intervention sur le plateau de la chaîne américaine ABC, le directeur de la NSA, le général Keith Alexander, a déclaré : "nous sommes intéressés par ceux qui s'informent sur nous, en tant qu'agence de renseignement, mais dire que nous recueillons délibérément toutes sortes de données donnerait l'impression que nous essayons de sonder le monde entier".

Pour justifier son programme qui a indigné le monde entier, le général ajoute : "Ce que nous essayons de faire c'est d'obtenir l'information dont notre nation a besoin, le renseignement extérieur", a expliqué le général. "C'est ce qu'on attend de nous".

Les USA plus grand voyou ?

De son côté, la Chine, par le biais de son porte-parole des affaires étrangères, Hua Chunying, dans une déclaration à l’agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle), a exprimé la colère de son pays concernant les informations publiées sur le programme Prism en annonçant qu’elles "ont une nouvelle fois prouvé que la Chine est la victime de cyber-attaques, et nous avons déjà émis des protestations auprès de la partie américaine".

Pire encore, le représentant chinois a qualifié les Etats-Unis de "voyou" en déclarant auparavant que les récentes confidences de l’ex-agent de la NSA  "montrent que les Etats-Unis, qui ont longtemps essayé de se présenter comme une victime innocente des cyber-attaques, se sont révélés être le plus grand voyou de notre temps".




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143287
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI