La Conseil constitutionnel a censuré le projet de carte d'identité numérique avec fonctions d'authentification et de signature numérique. La raison ? Un système trop lourd et complexe eu égard à la finalité de la solution.

Au cours de la dernière soirée du Cercle de la sécurité, le secrétaire général de la CNIL, Edouard Geffray, a rappelé que le projet de carte d'identité numérique avec des fonctions d'authentification et de signature numérique a été abandonné après censure par le Conseil constitutionnel. Le motif : la disproportion entre le système devant être mis en place et la finalité de la solution. Toutes les études techniques avaient été financées et réalisées. Le projet est donc passé en perte sèche. Les choses ne devraient pas beaucoup évoluer désormais...

Est-ce si sûr ? La notion de disproportion est en effet très relative. Si dans les années 70 l'usage d'ordinateurs était limité essentiellement à des calculs scientifiques, nous devons constater que ces appareils sont désormais partout : dans les voitures, la domotique et ils se sont même installés dans les téléphones, étape par étape depuis les années 80. La notion de proportionnalité peut donc être relative et évoluer dans le temps...

Authentification forte à triple facteur

Qui sont les acteurs proposant des services d'authentification pour accéder à des applications aujourd'hui ? Google, Facebook, Microsoft, LinkedIn, etc. 

Ces services sont-ils sécurisés ? De plus en plus. Microsoft One Drive propose un mécanisme d'authentification forte à triple facteur : mot de passe, OTP envoyé par SMS sur un mobile, OTP envoyé par email. On ne voit pas pourquoi ces acteurs en resteraient là et ne proposeraient pas demain des systèmes d'authentification forte avec certificats individuels et mécanismes de signature électronique ! Le marché exige la confiance des utilisateurs : les enjeux sont colossaux... La fourniture d'une solution technique appropriée ne devrait pas relever de la mise en place d'un système disproportionné...

Les membres du Conseil constitutionnel ont-ils fait cette analyse avant de prendre leur décision... ou devra-t-on attendre 10 ans pour rouvrir cette question ?




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143928
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI