jeudi 24 octobre 2019    || Inscription
BanniereNews
 
 

Le magazine allemand Spiegel fait de nouvelles révélations sur l’espionnage des réseaux allemands par la NSA américaine et le GCHQ britannique. Si ces allégations sont avérées, les opérateurs concernés promettent de se fâcher.

Jusqu’à maintenant, l’une des seules « certitudes » concernant l’espionnage opéré par la NSA à l’encontre de nos voisins d’outre-Rhin concernait le téléphone portable de la chancelière et également des grandes oreilles traînant près du parlement de Berlin. Rien que du très classique espionnage en somme. Toutefois, depuis les révélations d’Edward Snowden, tout le monde déroule la pelote et le Spiegel affirme aujourd’hui que de très nombreux réseaux, parmi lesquels celui de Deutsche Telekom étaient largement sous la surveillance de la NSA et de son homologue britannique le GCHQ. Cette surveillance semble s’effectuer dans le cadre du programme Treasure Map révélé voilà un peu moins d’un an par le New York Times. Depuis cette date le Spiegel a examiné de nouveaux documents fournis par Snowden plus spécifiquement dédiés à l’Allemagne et qui montrent les différentes marques rouges indiquant non seulement des vues détaillées sur les réseaux câblés ou de satellites mais les points d’accès où ces réseaux sont effectivement pénétrés.

Un vaste réseau d'opérateurs ciblé

Ce serait le cas du réseau régional Netcologne qui comporte 400000 clients mais surtout de Deutsche Telekom, lequel compte 60 millions de clients au travers de ces différentes offres (fixe, mobile, satellite) qui est encore détenu à plus de 30% par l’état allemand et qui opère en dehors du territoire germanique. Outre ces deux entreprises, d’autres soupçons se portent sur des opérateurs par satellite, en particulier Stellar, détenu par moitié par l’opérateur belge Belgacom. Le Spiegel

a montré des documents au patron de Stellar lequel a immédiatement reconnu des informations concernant ses serveurs et les serveurs de messagerie, informations provenant du GCHQ. Dire qu’il a été scandalisé est un faible mot. Il reconnaît donc que son système a été piraté et a l’intention de porter plainte au plus haut niveau considérant qu’il s’agit d’une atteinte criminelle au sens des lois allemandes.

Pour le moment, l’affaire est toujours sous l’investigation de plusieurs experts en sécurité qui sont en train de démêler l’écheveau particulièrement complexe mais il est tout à fait vraisemblable que l’affaire n’en restera pas là et que l’Angleterre, certes partenaire privilégié des USA, mais également membre de l’Union Européenne aura à rendre des comptes.

L’article de nos confrères est accessible à cette adresse.




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

RSS
12



Événements SSI

BLOCKCHAIN

Conférence et exposition sur les applications d'entreprise de la blockchain à Paris, cité universitaire internationale, les 13 et 14 novembre 2019. Organisés par Corp Agency.

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux paiements, à l'identification et à la sécurité est organisé à Cannes (palais des festivals) du 26 au 28 novembre 2019. Organisé par Comexposium.

FIC

Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

RSS