Dans l’indifférence générale, le congrès américain a adopté une nouvelle version 2015 de l’Intelligence Authorization Act qui offre un aaccès quasi illimité aux conversations des Américains par le biais des agences de renseignement et ce sans approbation judiciaire.

Tous ceux qui pensaient que les révélations d’Edward Snowden allaient infléchir les députés et sénateurs américains quant aux pouvoirs accordés aux agences de renseignement en matière d’écoute se sont lourdement trompés. Le vote a été effectué à bulletins secrets dans la soirée de jeudi dernier et semble avoir traversé les clivages politiques. Le député républicain Justin Amash cité par SC Magazine s’est ému de « l’une des lois les plus énormes qu’il ait eu l’occasion de voir durant sa carrière de représentant de la nation ». Cette loi « accorde à l’exécutif un accès virtuellement illimité aux communications de chaque Américain ». La Loi avait déjà été votée au mois de mai dernier mais a dû repasser par la Chambre des Représentants après que le Sénat l’ait amendée. Le texte de son intervention est accessible à cette adresse. Comme le souligne l’article, ce vote en catimini survient la même semaine que les révélations sur les tortures opérées par la CIA.

Les associations s'indignent

Plusieurs organisations de défense des droits civiques se sont immédiatement indignées d’une loi qui remet en cause plusieurs amendements de la constitution américaine, en particulier par le fait que la police peut désormais écouter n’importe qui au nom du « terrorisme » et que ces informations peuvent être transmises à des agences locales sans aucune instruction judiciaire. Global Research détaille en quoi cette loi remet en cause plusieurs amendements de la constitution. Leur point de vue est accessible ici

De ce point de vue, cette loi ressemble à ce qui a été voté en France à l’automne dernier et dont le volet d’écoutes au prétexte de terrorisme a fait l’objet de sévères mais inutiles critiques. L’association Free Thought Project dont l’adresse est citée ci-dessus est particulièrement remontée : « c’est l’un des changements les plus drastiques dans la loi américaine et elle a le potentiel de transformer les Etats-Unis en un véritable état policier ». « Nous sommes au bord de la tyrannie », ajoute l’association.




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143657
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI