Dans une tribune virulente, le chercheur américain d’origine biélorusse Evgeny Morozov critique le gouvernement français sur son projet de surveillance de masse. Ceci à la veille de l’ouverture de l’examen de cette loi par le Sénat.

Journaliste et essayiste spécialisé dans les implications politiques et sociales liées aux technologies de l’information et au numérique, ce chercheur porte un regard acéré et souvent féroce sur la Silicon Valley et plus généralement sur les conséquences liées au développement massif et parfois sans contrôle des technologies. Dans une interview récente accordée à nos confrères de Libération, il affirmait : « On ne peut pas se permettre de déléguer les questions relevant de la technologie au seul marché, de les gérer comme de simples consommateurs. Non, il faut traiter la technologie de la même façon que la monnaie : c’est l’une des puissances centrales qui organise la vie moderne. Un pays qui abandonne sa capacité souveraine à fabriquer et organiser les technologies court plus ou moins le même risque qu’un pays abandonnant sa capacité à frapper et organiser sa propre monnaie ».

Aujourd’hui dans une tribune publiée par Le Monde, il établit un parallèle entre le projet de loi sur le renseignement votée par l’Assemblée nationale et qui arrive en discussion au Sénat et l’arrêt du Patriot Act la nuit dernière par un non-vote du Sénat américain.

Des écoutes massives sans utilité

Dans sa tribune accessible à cette adresse, M. Morozov rappelle plusieurs faits liés au Patriot Act et insiste surtout sur l’inutilité manifeste de ce programme, citant tout particulièrement les attentats de Boston où cette politique massive d’écoutes n’a été d’aucune utilité. « Le fait que les attentats de Boston ont pu avoir lieu alors que les agences de renseignement ont accès à quasiment toutes les données qu’elles souhaitent obtenir prouve la valeur presque nulle de ces données pour la lutte antiterroriste. Si la NSA avait eu, grâce à ce programme, un succès remarquable justifiant l’extension du Patriot Act, le grand public en aurait entendu parler ».

Ensuite, il indique à raison que le Premier ministre français, Manuel Valls, a largement cité le fait que le projet de loi français était moins extrême que le Patriot Act et c’est là où le papier prend tout son mordant : « La situation en France est donc à la limite du comique. Le législateur prétend qu’il va mettre en place des mesures beaucoup moins extrêmes que celles des Etats-Unis. Dont acte – mais la moitié de zéro reste zéro ! adoucir une méthode qui a prouvé son inutilité n’a aucun sens ».

Les experts non consultés

S’en suit une charge toujours plus violente contre le populisme et l’absence d’écoute (sans mauvais jeu de mot) de la part du gouvernement. « Pour l’observateur extérieur, la course populiste, le manque quasi-total de consultations d’experts (qu’il s’agisse de technologie ou de protection des données) et la quantité de démagogie pure qui entourent ce projet de loi tendent à montrer que son but n’est pas de combattre le terrorisme. Ses dispositions les plus controversées n’aideront pas ce combat. Mais elles doteront les services de renseignement de pouvoirs gigantesques et amoindriront les capacités des autorités de protection de la vie privée. Elles propageront également le mythe selon lequel les algorithmes opèrent une sorte de magie, créant un faux sentiment de sécurité et arrosant d’argent public les entreprises qui fabriquent les dispositifs de surveillance ».



Autres News Gouvernance

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143658
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI