jeudi 28 mai 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 

Guillaume  Deraedt était présent au FIC le 25 janvier. Voici son approche du métier de RSSI de la santé.

Quelles sont les spécificités de la cybersécurité dans la santé ?
Le soin au patient prime. En cas de panne informatique, on se demande quelles sont les conséquences pour le patient. Dans un bloc opératoire, l’urgence de l’accès à la donnée patient prime sur tout le reste, et notamment sa confidentialité : c’est ce que l’on appelle le mode « bris de glace ». Ensuite, il faut éduquer le corps médical pour qu’il n’utilise pas en toute bonne conscience  de logiciel hasardeux pour stocker des images médicales, par exemple.

Qu’identifiez-vous comme grands risques ?
Ils sont d’abord liés à l’ouverture du système de santé vers la médecine de ville, ou le patient. Il faut impérativement sécuriser l’accès des patients au système de santé à distance. Ensuite, le contexte anxiogène dans lequel nous vivons est lui aussi une menace : la désorganisation des soins  peut être un objectif pour des groupes mal intentionnés.  

Comment voyez-vous votre rôle de RSSI dans le secteur de la santé ?
Il faut, d’une part, faire du coaching de la Direction générale, sans se substituer à sa prise de décision. Ensuite, il faut jouer un rôle d’interprète pour faire dialoguer entre eux des corps de métiers différents : soignants et techniciens. Ce n’est pas toujours facile.


Article publié avec l'aimable autorisation du FIC.




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

RSS
12



Événements SSI