samedi 21 septembre 2019    || Inscription
BanniereNews
 
 

De plus en plus, le mot de passe est décrié en raison des carences en sécurité qu’il occasionne et du casse-tête qu’il peut devenir. S’il reste la méthode la plus utilisée pour les conditions d’accès, de plus en plus d’alternatives se développent.

Espace bancaire, réseaux sociaux, e-commerce, etc. Les internautes doivent de plus en plus jongler avec de nombreux identifiants. Ce qui encourage de mauvaises pratiques qui entraînent de réels problèmes de sécurité pour les utilisateurs et les entreprises, comme des vols de données, ransomwares et autres piratages.

D’après Andrea Rus Directeur des Ventes Europe du Sud de Gigya, "le fait que les internautes aient de plus en plus de mots de passe mène à des oublis, dont découlent de mauvaises pratiques. Les internautes vont avoir tendance à utiliser les mêmes login pour tous leurs comptes, mais aussi préférer des combinaisons trop simples, ce qui peut entraîner des compromissions."

Les entreprises aussi peuvent en faire les frais et pas seulement en perdant en capital confiance suite à un piratage. Mais même si elles décident de simplement complexifier les normes d’identification pour parer aux risques. "Beaucoup d’individus notamment les jeunes générations sont présents sur de nombreux sites et cherchent de la rapidité lorsqu’il s’agit de se connecter. Mais, parfois, la complexité de la création de compte pousse certains à l’abandon", explique Andrea Rus.  

 

Quelles alternatives ?

Des options supposées plus sûres existent, comme la biométrie. Google a notamment présenté fin mai, une API pour identifier les utilisateurs sur Android sans saisie, mais seulement en observant l’individu et ce via différents facteurs comme la vitesse de déplacement, la voix, la méthode de saisie, ou la localisation. Ce qui va générer un score de confiance et au-dessus d’un certain seuil, aucun mot de passe ne sera demandé.

La biométrie n’en est pas à son coup d’essai. Des ordinateurs portables avec lecteur d’empreintes digitales existent déjà et, s’ils ne sont pas la norme, ils tendent à s’installer durablement, en témoigne le Touch ID d’Apple. Ou encore d’autres technologies de reconnaissance faciale, comme Amazon permettant de payer en identifiant l’acheteur via un selfie.

Mais difficile d’affirmer que le bon vieux couple login/mot de passe va disparaître. Même si les solutions alternatives apparaissent comme profondément novatrices, elles ne sont pas sûres à 100% comme l’explique Martin Wilhelm Press Officer de GMX France : "Aussi prometteuses que soient les solutions biométriques, elles ne sont pas infaillibles. Les empreintes digitales peuvent être hackées et l’usurpation d’identité via la reconnaissance faciale en utilisant des vidéos personnelles est possible... Voilà pourquoi le mot de passe risque d’être la norme pendant encore longtemps".

Autre souci avec ces technologies, elles nécessitent des appareils pour s’authentifier. "Avec le mot de passe je peux me connecter à différentes machines partout dans le monde. Pour ce qui est des données biométriques, un matériel supplémentaire est nécessaire, comme un scanner de l’iris, une caméra de reconnaissance faciale, ou un lecteur d’empreintes digitales. Si ces périphériques sont indisponibles ou hors service, il est impossible de se connecter", précise Martin Wilhelm.

Une alternative possible pour lui serait de simplement suivre des règles de sauvegarde de mot de passe comme le modifier régulièrement, choisir des identifiants composés d’au moins huit caractères, avec lettre majuscules, minuscules, chiffres, caractères "spéciaux", etc. Mais aussi protéger son ordinateur en effectuant les mises à jour, en installant un anti-virus et bien sûr, rester prudent et éviter d’ouvrir ou de souscrire à n’importe quoi.

Dans cette optique, Microsoft a récemment revu ses règles d’enregistrement sur Azure Active Directory et sur les comptes Microsoft. L’utilisateur ne pourra plus choisir de mots de passe jugés trop simples. En s’appuyant sur des données de précédents piratages, l’entreprise de Redmond va établir une liste en fonction des logins qui ont le plus fuité. Une initiative qui pour Andrea Rus "d’un point de vue sécuritaire est une bonne idée, mais qui doit se combiner avec une bonne expérience utilisateur". L’objectif étant une fois de plus de ne pas trop compliquer la vie de l’internaute, ce qui pour une entreprise n’est jamais bon




Autres News Identité

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

RSS
12



Événements SSI

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 9 au 12 octobre 2019. Organisées par DG Consultants.

BLOCKCHAIN

Conférence et exposition sur les applications d'entreprise de la blockchain à Paris, cité universitaire internationale, les 13 et 14 novembre 2019. Organisés par Corp Agency.

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux paiements, à l'identification et à la sécurité est organisé à Cannes (palais des festivals) du 26 au 28 novembre 2019. Organisé par Comexposium.

FIC

Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

RSS