mercredi 16 octobre 2019    || Inscription
BanniereNews
 
 

Aujourd’hui, dans les décors psychédéliques du Yoyo, au Palais de Tokyo, l’ASIP Santé a dressé un bilan de son action et donné une feuille de route pour l‘avenir. DMP, coordination hôpital-medecine de ville, raréfaction des ressources médicales par le départ des médecins à la retraite, et protection des données de santé, prise en charge des dépenses sont autant d’enjeux pour la médecine de demain.  

 

Drôle d’endroit pour une telle rencontre : c’est au mieux décalé comme concept, au pire étrange : les graffitis, le béton et les éclairages au néon cadrent mal avec l’image plus « traditionnelle » de l’ASIP Santé, l’agence gouvernementale dédiée à la protection des systèmes d’information de santé, qui a pourtant du pain sur la planche : entre  le semi-l’échec du DMP (600 000 patients  en ont déclaré un), le développement de la télémédecine, et la réduction des dépenses de santé, les chantiers ne manquent pas.L’ASIP Santé a d’ailleurs profité de sa conférence de presse de ce matin pour présenter un sondage exclusif Ipsos-Asip Santé, d’où il ressort que 86% des médecins spécialistes interrogés déclarent avoir accès au dossier patient informatisé (via tablette ou poste partagé). 

89% des professionnels de santé craignent la perte de confidentialité des données 

La sécurité des données reste une préoccupation constante des médecins : en effet, la perte de confidentialité reste le principal risque associé aux technologies pour 89% des médecins concernés, loin devant l’inégalité d’accès aux soins, ou la déshumanisation de la relation médecin-patient (71%). 

 

Bizarrement, il n’a été que peu question de sécurité des données dans les tables-rondes de la conférence d’aujourd’hui, mais beaucoup, et heureusement, d’exercice de la médecine. Le Professeur Guy Vallancien, urologue, auteur de tout récent « Homo Artificialis, pour un humanisme numérique », publié aux  Editions Michalon en 2017, a dressé un réquisitoire vibrant en dénonçant « le monde de fous » liés aux utopies transhumanistes . « C’est une société qui nous met à poil et nous ne sommes pas faits pour çà », dénonce-t-il, en plaidant avec vigueur pour que le numérique remette à l’honneur « l’art de la consultation, que l’on n’apprend plus dans les écoles de médecine », regrette-t-il. Guy Manou-Mani, vice-président d’Open, souligne de son côté la sous-exploitation de l’industrie numérique de la santé, en pointant du doigt que beaucoup de start-up françaises naissent dans ce domaine… et se font racheter par des puissances étrangères. 

La conclusion a été partiellement donnée par un patient soigné en affection longue durée (ALD) : « j’en ai assez d’expliquer ma pathologie à tous les médecins que je rencontre, j’ai l’impression de passer un entretien d’embauche à chaque fois, je voudrais pouvoir transporter mon dossier avec moi sur une clé USB… » explique-t-il. Entre la nécessaire protection des données de santé et la non moins nécessaire interconnexion de tous les services, dans le but -avoué- de mettre le patient au cœur du processus et peut-être  moins avoué de faire des économies, la route est encore longue pour l’ASIP Santé.




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

RSS
12



Événements SSI

BLOCKCHAIN

Conférence et exposition sur les applications d'entreprise de la blockchain à Paris, cité universitaire internationale, les 13 et 14 novembre 2019. Organisés par Corp Agency.

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux paiements, à l'identification et à la sécurité est organisé à Cannes (palais des festivals) du 26 au 28 novembre 2019. Organisé par Comexposium.

FIC

Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

RSS