dimanche 20 août 2017    || Inscription
BanniereNews
 
 
News Partenaires

2016 a été une année record en matière de failles de sécurité. De récentes études indiquent que le nombre de dossiers exposés a atteint les 4,2 milliards l'année dernière, contre seulement 1,1 milliard en 2013.

[Lire l'article...]

C’est désormais à la mode, et une institution à la fois aussi vénérable, mais moderne que la Marine nationale ne pouvait pas y échapper : hier, dans les locaux déjantés de l’École 42, boulevard Bessières, a été lancé à 19h un grand hackathon qui réunira des marins, des étudiants de 42 et des équipes de Thales pour un hackathon qui devrait se terminer mercredi. Folles nuits en perspective…

 

L’assistance est studieuse, parsemée de marins galonnés, d’étudiants et de responsables de Thales : dans ce petit amphi surchauffé de l’Ecole 42, hier soir, Boulevard Bessières, un responsable explique les règles du jeu à l’auditoire : il s’agit ni plus ni moins, à partir de toutes les données sur lesquelles ils vont travailler (données AIS de positionnement et de cargaison des navires, et toutes les données que les équipes pourront exploiter (ROSO –renseignements ouverts, sources ouvertes- , signaux faibles etc…, on ne parle surtout pas de « renseignement » , quel vilain mot… ) de proposer des solutions dans le cadre de 5 thématiques qui sont proposées aux équipes par des officiers de marine, qui dirigeront le projet avec au moins 4 codeurs dans chaque équipe.

Les thèmes retenus sont les suivants :

- Le commandement en mer
- L’analyse du fonctionnement du bâtiment
- L’utilisation des réseaux sociaux dans l’activité maritime
- L’analyse d’une situation maritime complexe
- Comment se cacher en mer.

Les projets seront évalués selon les critères suivants : la pertinence du projet, la faisabilité du projet, l’originalité du projet, l’appréciation du jury, et enfin « le supplément d’âme » (un des plus forts coefficients) du projet.

Le jury, composé bien évidemment de militaires, comprend également des universitaires de renom comme Yann Richard, géopoliticien à Paris-I, et Magali Stoll, de l’IGN. Il aura aussi pour objectif de voir comment les étudiants vont s’organiser et structurer un projet cohérent dans une masse incroyable de données qu’ils vont brasser deux jours et deux nuits durant… 

Ce Hackathon, co-organisé avec Thales, a pour but bien évidemment de détecter les meilleurs potentiels au sein de 42 pour intégrer en stage chez l'industriel dans un premier temps, mais peut-être aussi pour une embauche, au sein des équipes de Thales sur des projets qui tiennent à l’environnement militaire maritime. Des embarquements sur des bâtiments de la Marine nationale seront aussi proposés aux équipes.

Résultats demain…




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider