vendredi 10 juillet 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 

Le laboratoire ESET a mis en évidence ces derniers jours que l’attaque d’ampleur mondiale WannaCrypt n’était pas la seule que les systèmes d’information aient eu à subir. Adylkuzz met en oeuvre le même mécanisme que dans l’attaque de WannaCrypt, à savoir EternalBlue. L’objectif de WannaCrypt est d’obtenir une rançon, alors que Adylkuzz installe sur les machines un logiciel de création de monnaie de type Bitcoin, Monero cryptocurrency. 

Selon l’éditeur de logiciel ESET, le pic a été enregistré le 10 mai 2017, soit quelques heures avant l’épidémie mondiale de WannaCrypt. ESET précise que la détection sur ses radars est passée de quelques centaines à des milliers par jour. 118 pays sont touchés, dont principalement la Russie, Taïwan et l’Ukraine. Cette attaque est handicapante dans la mesure où le logiciel de création de crypto monnaie utilise des ressources systèmes telles que les machines sont dans l’incapacité de travailler. Enfin, ESET met en garde, car il constate une augmentation significative du nombre d’e-mails malveillants envoyés par les opérateurs Nemucod (un cheval de Troie découvert par ESET en 2016) , en diffusant un autre ransomware : Filecoder.FV. 

Les recommandations utiles 

Pour éviter tout risque d'attaque, les chercheurs ESET font part de leurs recommandations :
• comme l'exploit EternalBlue utilise une vulnérabilité de Windows corrigée par Microsoft, vérifiez l'application de la mise à jour et du correctif sur votre OS;
• protégez votre ordinateur avec une solution de sécurité fiable qui utilise plusieurs couches de sécurité;
• réalisez des sauvegardes sur un disque dur externe ou sur un emplacement distant non connecté au réseau;
• ne payez pas la rançon.
Pour rappel, depuis vendredi 12 mai 2017, les machines de plus de 14 000 utilisateurs ont rapporté plus de 66 000 tentatives d'intrusion de la part de WannaCrypt. Ces attaques ciblent en priorité les ordinateurs russes avec plus de 30 000 attaques, suivi de l'Ukraine et de Taïwan.




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 142996
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI