dimanche 20 août 2017    || Inscription
BanniereNews
 
 
News Partenaires

2016 a été une année record en matière de failles de sécurité. De récentes études indiquent que le nombre de dossiers exposés a atteint les 4,2 milliards l'année dernière, contre seulement 1,1 milliard en 2013.

[Lire l'article...]

Hier à La Défense s'est réuni un groupe de travail qui a travaillé sur les recommandations de gouvernance du cyber risque. Il était organisé par l’Amrae (Association pour le Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise).  

Un groupe de travail conjoint, représentant des Risk Managers et des auditeurs internes de 8 pays de l'Union Européenne et de 6 secteurs économiques différents (banque, transport, défense, informatique, services alimentaires et télécommunications) a élaboré des recommandations pour les organisations sur des moyens innovants d'organisation interne de la gestion des risques cyber.

 

Brigitte Bouquot est présidente de l'Amrae depuis 2015.

Philippe Cotelle,  Manager, Airbus Defence and Space, membre du groupe d'experts de FERMA (et Vice-Président de la Commission SI de l'Amrae) a présenté les recommandations exposées au Parlement européen le 29 juin 2017, et Brigitte Bouquot, présidente de l'Amrae, directrice des assurances et de la gestion des risques de Thales, a exposé les recommandations de l'Amrae en matière de Risk Management du risque cyber.

Un modèle de gouvernance du cyber-risque

Selon le communiqué de l’Amrae émis hier, les recommandations comprennent un modèle de gouvernance du cyber risque entre les principaux intervenants internes et les comités des risque et d'audit.

Le modèle permet de :
• définir les acteurs clés et les conditions à réunir pour augmenter la cyber-résilience de l'entreprise;
• accompagner les dirigeants face aux enjeux de la digitalisation;
• donner aux conseils et comités une vue globale et consolidée des impacts financiers du risque cyber;
• fournir les éléments d'arbitrage en matière d'investissement en sécurité IT et couvertures assurantielles;
• répondre à la volonté de plus grande transparence exprimée par les autorités ainsi que par les partenaires privés face aux conséquences économiques et sociales du risque cyber.

L'élaboration du principe de cyber-gouvernance pour une plus grande résilience est soutenue par le Forum économique mondial (World Economic Forum), qui a publié un rapport en janvier 2017 : «Faire progresser la cyber résilience : principes et outils pour les conseils d'administration».

Cependant, quelle que soit l'approche adoptée, il est essentiel d'intégrer la cybersécurité dans toute l'organisation depuis la direction générale jusqu'au niveau opérationnel », termine le communiqué.

Précisons que Mag-Securs s’est souvent penché, dans ses pages Management, sur la définition et la prise en compte du cyber-risque, et sa prise en charge par les Risk Managers, voire les RSSI, qui se trouvent de fait parfois rattachés, non plus à la DSI, mais à la gouvernance et à la gestion des risques. 




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider