David Rachline, coordinateur des campagnes Internet de Marine Le Pen et secrétaire national à la Communication Numérique du Front National, conseiller régional en région PACA et conseiller municipal de Fréjus, nous a précisé la position du Front National concernant la sécurité des systèmes d’information.


Mag-Securs : Que pense le Front National de la protection du patrimoine informationnel ?

David Rachline : C’est important de sanctionner lorsqu’il y a eu un délit en la matière. Il faut un cadre législatif qui sanctionne le vol de patrimoine informationnel. L’entreprise doit protéger son savoir-faire. Il est logique que la protection du patrimoine informationnel soit défendue.

Vous vous érigez en hérault de la liberté sur Internet. Quelle est la position du Front National sur cette question ?

D. R. : Nous sommes favorables à la liberté la plus totale sur Internet, et, dans ce cadre, nous sommes pour l’abrogation immédiate d’Hadopi. C’est une loi restrictive et répressive. Internet est un espace de liberté et doit le rester. Et la législation sur le droit d’auteur n’est plus adaptée au monde dans lequel nous vivons.

Doit-on renforcer le rôle de la Cnil ?

D. R. : La Cnil joue un rôle fondamental dans notre démocratie. Ses moyens doivent être augmentés. Mais, en tant qu’autorité administrative, elle doit être davantage contrôlée par le Parlement. Il faudrait instituer une Commission Parlementaire sur son activité générale. Mais, concernant les données personnelles, le monde dans lequel nous vivons est terrorisant. Le droit français devrait être plus clair. Il faut veiller à ce que l’Etat n’intervienne pas dans la vie privée. La Carte Nationale d’Identité Electronique m’inquiète, la géolocalisation m’inquiète, il ne faut pas céder à la tentation de « Big Brother ».

« On se sert du problème de la cybercriminalité pour cadenasser Internet »


Que pensez-vous des Anonymous ?

D. R. : Ils imposent un débat qui a le mérite d’être posé. Il faut alerter l’opinion sur le respect de la liberté sur Internet. Mon inquiétude, c’est qu’on se sert du problème de la cybercriminalité pour cadenasser Internet. Les libertés de nos comportements sont attaquées, il n’est pas acceptable de nous « fliquer ».

Faut-il encourager le développement de la vidéosurveillance ?

D. R. : La vidéoprotection ne remplacera jamais des moyens humains.

Quel rôle dévoluez-vous à l’ANSSI dans votre programme ?

D. R. : Cette agence doit servir à assurer un service de veille, d’alertes et de réaction aux attaques informatiques. Mais il ne faut pas restreindre le rôle de l’ANSSI à la sécurité des systèmes d’information. Elle doit organiser la promotion des technologies, des systèmes et des savoir-faire nationaux. Elle doit rendre ces technologies accessibles au plus grand nombre. Ses moyens d’action doivent être augmentés dans ce cadre.

Propos recueillis par Sylvaine Luckx



Élection présidentielle, et sécurité de l'information, les candidats répondent:




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143312
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI