mardi 14 juillet 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 

La France, comme les autres grandes puissances dans le monde, se doit de contrer la montée en puissance des cyber-attaques. Un document officiel, le Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité nationale, fait le point sur la lutte contre la cyber-menace.

Hier, le chef de l’Etat a présenté le Livre Blanc de la Défense. Une réponse forte, notamment face aux menaces de cyber-attaques à l’encontre des réseaux publiques ou des opérateurs économiques (grandes entreprises nationales et stratégiques).

Le document insiste sur le fait que la France n’est pas à l’abri d’une attaque informatique d’une grande envergure qui pourra paralyser tout le pays et le plongera dans le désarroi. Le document précise que la tendance actuelle nécessite un geste fort de la part de l’État pour protéger ses infrastructures vitales. 

« La récurrence actuelle de ces intrusions, notamment par des États, donne à penser que des informations sont méthodiquement collectées pour rendre possible, dans une situation de conflit, une attaque de grande envergure. Une telle attaque serait susceptible de paralyser des pans entiers de l'activité du pays, de déclencher des catastrophes technologiques ou écologiques, et de faire de nombreuses victimes. Elle pourrait donc constituer un véritable acte de guerre », lit-on dans le document.

Priorité à la recherche

La guerre a pris une autre dimension. Les cybercriminels utilisent les réseaux informatiques pour menacer les États. La cyber-défense occupera dorénavant une place importante dans le domaine de la recherche. Un rôle qui sera confié à la Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) : « connaître et anticiper la menace, de développer la recherche amont, et d’apporter son expertise en ça de crise informatique touchant le ministère de la défense ».

Une autonomie vis-à-vis des produits chinois

Le document  souligne la nécessité que la France comme les autres pays européens développe ses propres dispositifs de sécurité car il relève de la souveraineté nationale. « Un effort budgétaire annuel en faveur de  l'investissement permettra la conception et le développement de produits de sécurité maîtrisés. Une attention particulière sera portée à la sécurité des réseaux de communication électroniques et aux équipements qui les composent. Le maintien d'une industrie nationale et européenne performante en la matière est un objectif essentiel ».

L’État garant de la sécurité

Des textes de loi viendront renforcer les normes de sécurité que l’État veut imposer aux opérateurs de téléphonies mobiles pour garantir un niveau de sécurité avant qu’un équipement soit introduit dans les réseaux informatiques. Notons également que, pour la première fois, le Livre Blanc sur la Défense évoque la mise en place d'une doctrine offensive en matière de cyberguerre. Enfin, dans un contexte de réduction généralisée des dépenses, le renseignement et les opérations liées à la cyber-défense vont voir pourtant leurs budgets progresser.




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 143031
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI