Michael Daniel, principal responsable de la cybersécurité à la Maison Blanche, se vante de son manque de connaissances techniques, expliquant même qu’il s’agit d’un avantage pour le poste qu’il occupe.

« C’est comme si un chirurgien se vantait de n’avoir jamais mis les pieds dans une salle d’opération ou un procureur dans un tribunal », se moque le professeur d’informatique Ed Fulton cité par Timothy Lee dans Vox. En effet, l’homme qui a en charge le développement de la stratégie et de la politique nationale de la cybersécurité pour le compte de la Maison Blanche explique sans rire que son manque d’expertise technique lui donne un avantage dans l’exercice de son métier. « Vous n’avez pas besoin d’être un codeur pour faire le maximum », explique-t-il. Et il renchérit sur le fait que d’être trop proche de la technique pourrait le distraire. « Vous ne pouvez pas être accaparé ou enamouré par les détails des solutions techniques et il faut rester concentré sur l’image stratégique globale ».


 

Certes, on ne demande pas à ce monsieur d’être un expert technique de haut niveau mais il nous semble tout de même que comprendre de quoi il s’agit et comment les attaques se déroulent est un minimum vital. Tout particulièrement lorsque l’on voit la vitesse à laquelle évoluent les attaques, menaces, failles, technologies et variétés de cybercrime.

Vous pouvez retrouver l’interview audio de M. Daniel à cette adresse. Vous y découvrirez un homme tout à fait content de lui qui considère notamment que sa maîtrise des arts martiaux (il dispose d’une ceinture noire) est plus importante que d’obscures et vulgaires connaissances techniques.




Autres News Gouvernance

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 144329
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI