Les américains ne sont pas les seuls sur la planète qui disposent d’un programme d’espionnage, rapporte le quotidien Le Monde. Les services extérieurs de la DGSE espionnent les communications en France et à l’étranger

Comme toutes les autres nations, la France dispose de son propre programme d’espionnage. Jusque là tout est normal. Mais le journal Le Monde souligne que le Big Brother français travaille dans la discrétion et échappe au contrôle.

La direction extérieure de la sécurité extérieure collecte tout ce qui transite par le web. Des SMS, des mails, des relevés d’appels téléphoniques, des accès à Facebook, Twitter, Gmail et Yahoo sont infiltrés par la DGSE. Le quotidien ajoute que des milliards de données sont traitées et analysées par les services secrets français.

Les autres services du renseignement français, ont eux aussi accès à ces données confidentielles. Le Monde souligne que ces informations sont parfois utilisées par la police judiciaire pour mener ces enquêtes mais sous couvert de ‘’renseignements anonymes’’. 

D’après le Monde l’accès à ces informations est illégal si on se réfère à la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) ‘’ Le régime juridique des interceptions de sécurité interdit la mise en œuvre par les services de renseignement d'une procédure telle que Prism’’ mais l’un des responsables de la sécurité juge ce programme légal. 

Un des parlementaires sous couvert d'anonymat a déclaré que les communications internes et externes sont sous écoute ‘’ qu'une grande part des connexions électroniques en France est effectivement interceptée et stockée par la DGSE".

Ces informations font réflexion à l’affaire révélée par l’américain Edward Snowden qui est actuellement en fuite. D'ailleurs, la France et d'autres pays européens ont demandé aux Etats-Unis des explications sur le programme Prism.




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

RSS
12



Événements SSI