mardi 25 février 2020    || Inscription
BanniereNews
 
 

L’université de l’AFCDP (Association Française des Correspondants à la Protection des Données à Caractère Personnel) , qui a lieu le 27 janvier à la Maison de la Chimie juste après le FIC, fera le point sur les avancées majeures du règlement européen… et le projet de loi français. 

Le règlement européen sur la protection des données personnelles devrait être adopté définitivement en mars. Mais  le projet de loi pour la République Numérique, qui doit être adopté le 26 janvier par l'Assemblée nationale, prévoit lui aussi des sanctions en cas de non-respect de la réglementation sur les données personnelles par les entreprises et les organisation.

Au moment où s'ouvre le FIC, centré sur la sécurité des données et la "privacy", à Lille Grand Palais, rappelons une mesure qui a fait couler beaucoup d’encre : le règlement européen prévoit des sanctions allant jusqu’à 4% du chiffre d’affaires mondial pour une entreprise en cas de manquement sur la protection des données personnelles  ou bien 20 millions d’euros dans le cas d’associations ou d’organisations. Or, le projet de loi sur la République Numérique, prévoit, lui, des sanctions de allant jusqu’à 2% du chiffre d’affaires ou 10 millions d’euros.

Un atelier au FIC sur les conséquences du règlement européen, et, le lendemain, l'Université de l'AFCDP devraient permettre de faire le point sur ces deux textes. En tout état de cause, ces sanctions n’ont plus rien de symbolique et, comme l’explique Paul-Olivier Gibert, Président de l’AFCDP, « situent la conformité sur la protection des données personnelles au même niveau d’enjeu que les grandes réglementations bancaires, ou bien le respect des règles de la concurrence ». 




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 142222
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12
Réduire



Événements SSI