lundi 18 novembre 2019    || Inscription
BanniereNews
 
 
Lors du 4ème Congrès de l’APSSIS,sur lequel nous allons revenir dans le prochain Mag-Securs,  qui a eu lieu du 4 au 6 avril dernier au Mans, une étude a été rendue publique sur les rapports de la Génération Z « au numérique et aux données de santé à caractère personnel ». 

Donnant des conclusions parfois alarmantes - pour nous, adultes de la génération X, c'est-à-dire nés entre 1966 et 1976 - l'étude établit que les actuels adolescents n’ont pas le même rapport aux données personnelles que nous, notamment dans le domaine de la santé. Conscients de la nécessité de les protéger, ils ont un rapport beaucoup plus décomplexé que notre génération aux données personnelles de santé. 

Cette étude, réalisée auprès des élèves du Lycée Robert Garnier, de la Ferté-Bernard (72), donne les conclusions suivantes : 
- Ce sont des utilisateurs massifs d’Internet et des nouvelles technologies : la génération Z passe en moyenne 13h30 par semaine sur le Web (Source : Ipsos, avril 2015), et envoie en moyenne 381 SMS par semaine. 
- 54,41% des jeunes interrogés font confiance au réseau (45,59% non). 
- 32% ont été confronté à des problèmes en raison d’Internet (vol de données, confidentialité, harcèlement…). 
- Pour 62% des élèves interrogés, il n’est pas important que les données personnelles soient conservées à vie quelque part. 
- Concernant plus spécifiquement les données personnelles de santé : 74,51% pensent que les données personnelles médicales doivent être confidentielles et protégées. 

Les données personnelles bancaires plus importantes que les données personnelles médicales ? 

-  77,45% considèrent que les données bancaires sont les plus importantes en matière de confidentialité, contre 22,55% pour les données médicales.
- Ils ne sont pas tous prêts à en laisser l’accès : pour 44 élèves, c’est l’avenir, mais 114 veulent qu’elles soient sécurisées, 72 ne veulent pas laisser l’accès, et 54 se déclarent inquiets. 
- Enfin, 14% pensent que c’est l’avenir si la mutuelle ou l’assurance ont accès aux données de santé pour moduler ses tarifs (celui qui a une bonne hygiène de vie paye moins cher). Mais ils sont tout de même 21% à ne jamais vouloir qu’une mutuelle ait accès aux données de santé, 19% à se déclarer inquiets, et 40% à vouloir être certains qu’elles sont sécurisées.

« Cette approche, conclut le rapport de l’APSSIS, basée sur la connaissance et la traçabilité de soi qui émerge rapidement avec le quantified-self, ne constitue-t-elle pas au fond une sérieuse remise en cause de notre système de santé basé sur le partage des risques ? Il s’agit donc, au travers de ce rapport aux données médicales personnelles, de l’émergence d’un système basé non plus sur le partage, mais sur la responsabilisation de chacun. Et peut-être que cela pose aussi les bases d’une médecine prédictive et personnalisée ». Est-ce souhaitable ?

Finalement, même si pour les jeunes, l’accès aux données de santé est plus naturel que pour les « baby-boomers », ils font preuve d’une certaine maturité sur le sujet, quoique de manière plus décomplexée.

 


(article reproduit avec l’aimable autorisation de l’APSSIS). 




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

Droit d’accès et comptes à privilèges

Jacques Cheminat 0 141757
Equifax, Deloitte, Uber, les récentes violations de données ont souvent des techniques de piratages différentes, mais un élément commun, obtenir l’accès à des applications critiques comme les bases de données, les bases clients, les informations bancaires. En général ces programmes sont soumis à habilitation et rattachés à des comptes à privilèges. leur protection est donc une nécessité dans un monde de plus en plus ouvert et insécurisé. Dossier publié avec le concours de Kleverware.
RSS
12



Événements SSI

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux paiements, à l'identification et à la sécurité est organisé à Cannes (palais des festivals) du 26 au 28 novembre 2019. Organisé par Comexposium.

FIC

Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

RSS