En début de semaine, aux Lundis de l’Intelligence Economique, Porte Maillot, un intervenant de haut vol, qualifié dans le renseignement, a donné quelques lignes de conduite précises en matière de lutte contre le djihadisme. Une intervention lourde aux lendemains des élections, qui a eu le mérite de poser quelques informations dans un domaine ultra-sensible.

Ce haut fonctionnaire, qui souhaite que son nom ne soit pas cité, officier du Service Central de Renseignement Territorial , intervenant  diplômé de criminologie de la faculté du Panthéon-Sorbonne a été chef d’un service local des RG d’une ville sensible de la 3ème couronne parisienne. Il connaît bien l’éclosion du radicalisme dans les quartiers sensibles. Il a dirigé ensuite un service départemental du renseignement territorial dans lequel il a mis en place un partage d’informations entre services publics, associatifs et privés. 

Rien ne remplace le renseignement humain

Cet homme connaît bien le terrain. Sans vouloir rentrer dans des détails qui restent, compte-tenu du sujet, confidentiels, il s’est longuement étendu sur le phénomène de la radicalisation et de la recherche d'identité, en se référant au film « Lucien Lacombe » de Louis Malle : Lucien Lacombe était un jeune homme qui voulait s’engager dans la résistance, et qui, par dépit et n’ayant pas été pris au sérieux, est devenu un agent qualifié de la Gestapo. C’est le même phénomène qui arrive parfois aux apprentis djihadistes : un manque de repères familiaux, le fait de se construire en héros sur une idéologie d’absolu et mortifère, ont conduit certains profils psychologiquement faibles à s’engager dans une lutte sans issue. En ce qui concerne la sécurité des systèmes d’information, qui est tout de même le sujet qui nous préoccupe, ce fonctionnaire de haut vol a laissé entendre que les systèmes d’information et le Big Data pouvaient certes permettre de lutter contre le terrorisme, mais que rien ne remplaçait le renseignement humain et le fait de se déplacer sur le terrain, au milieu des populations concernées. Aujourd’hui, une approche mixte est plus que jamais nécessaire.




Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Dossier

RSS
12



Événements SSI